Il est possible d'épargner, et ce, même si vous avez des dettes, estime Dominique Bertrand, planificatrice financière chez RBC.

REER: bien établir son budget

Avant même de songer à l'épargne, il est important de mettre de l'ordre dans vos finances personnelles. Faire un bon ménage dans vos chiffres en compagnie de votre conseiller financier vous permettra assurément d'établir un budget plus réaliste et vous donnera l'heure juste sur votre niveau d'endettement.
Même si vous possédez des dettes depuis quelques années, il est malgré tout possible de mettre de l'argent de côté. Il faut cependant s'assurer que l'épargne ne devienne pas elle-même une dette en soi. D'où l'importance de bien connaître vos limites budgétaires.
Afin de mettre de l'ordre dans vos finances personnelles, il faut d'abord et avant tout évaluer votre santé financière, votre niveau d'endettement, et s'assurer de posséder la bonne structure pour rembourser sa dette, souligne Dominique Bertrand, planificatrice financière chez RBC.
En premier, «il faut s'assurer de rembourser la dette avec le plus haut taux d'intérêt», soutient Mme Bertrand. Plus le taux d'intérêt est élevé, plus vous paierez d'intérêt! «Par la suite, on conseille aux gens lorsqu'une personne détient une somme importante sur sa carte de crédit ou encore plusieurs prêts personnels de les regrouper, puis de les financer soit sur un prêt personnel à un plus bas taux ou encore sur une marge de crédit hypothécaire», ajoute-t-elle.
«Souvent, la marge hypothécaire est la meilleure façon pour obtenir le plus bas taux d'intérêt sur le marché, ce qui permet de libérer en réalité des frais d'intérêt, dont de l'argent qui peut être utilisé pour faire de l'épargne périodique», explique Mme Bertrand.
La présence de dettes est loin d'être une situation exceptionnelle. D'après un sondage fourni par la Régie des rentes du Québec, près de 90 % des travailleurs de 25 à 64 ans ont au moins un des types de dettes suivants : hypothèque, marge de crédit, prêt auto, solde impayé sur une carte de crédit, prêt étudiant ou autre prêt personnel. Avec l'âge, la présence de dettes diminue mais ce sont encore trois personnes sur quatre chez les 55 à 64 ans qui ont au moins un des types de dettes étudiées.
Savoir où notre argent va
Afin d'avoir une bonne budgétisation, il est bien important de connaître vos habitudes de consommation. Il vous sera alors plus facile de couper dans les dépenses discrétionnaires pour économiser.
«Souvent, ce sont dans les dépenses discrétionnaires, non essentielles, que le gros du budget passe. Sans toutefois sacrifier tous les petits luxes, il y a moyen d'éviter certaines dépenses afin de mettre des sous de côté pour le long terme», souligne la spécialiste en finance.
Pour établir le meilleur budget possible, il est important de discuter de ses objectifs d'épargne avec son conseiller financier, que ce soit pour établir un fonds d'urgence, pour l'éducation de ses enfants ou encore pour la retraite.
«La meilleure solution pour se démêler dans ses finances est de rencontrer un conseiller. Nous possédons plusieurs outils qui permettent aux clients d'économiser au niveau de leurs dettes et nous pouvons les con­seiller dans leur parcours», con­clut Mme Bertrand.
****
Coût d'une consultation
Consulter un conseiller financier chez RBC, comme dans la plupart des institutions financières, ne vous coûtera pas plus que votre temps et vous permettra de mieux connaître votre situation financière. «Il n'y a aucun coût relié à ça, c'est un service qui est tout à fait gratuit. Un client peut communiquer avec nous et prendre rendez-vous. S'il n'est pas déjà client chez nous, il faut qu'il nous fournisse un bilan complet de sa situation personnelle afin qu'on puisse l'aider et le conseiller le mieux possible», soutient Dominique Bertrand, planificatrice financière chez RBC.