Les aliments transformés contribuent pour 75% de notre apport quotidien en sel

Réduction du sodium: le Québec fait bande à part

Le Québec fait bande à part dans la stratégie canadienne de réduction du sodium. Il s'agit du seul gouvernement au pays qui n'a pas adhéré au plan, bien que ses objectifs soient les mêmes.
On peut lire dans un rapport provincial territorial publié le 8 juin que «les ministres de la Santé et des Modes de vie sains du gouvernement fédéral, des provinces et des territoires, à l'exception du Québec, se sont engagés à atteindre l'objectif intermédiaire d'un apport moyen en sodium de 2300 mg/j, pour la population, d'ici 2016».
Au ministère québécois de la Santé, la porte-parole Nathalie Lévesque a indiqué que «bien que le Québec ait contribué à ce rapport en fournissant des renseignements sur ses initiatives de réduction de la consommation de sodium et qu'il poursuive globalement les mêmes objectifs que ce rapport, il ne souscrit pas à l'idée d'une stratégie pancanadienne en la matière et souhaite demeurer seul responsable de l'élaboration et de la mise en oeuvre des politiques, programmes, directives et initiatives de vie saine en vigueur sur son territoire».
Propres initiatives
Le Québec continuera néanmoins «de partager de l'information et des pratiques exemplaires avec les autres gouvernements du Canada», ajoute-t-elle, en soulignant que «plusieurs mesures et initiatives sont mises de l'avant au Québec quant à la saine alimentation».
En d'autres mots, bien que la province souhaite elle aussi que la consommation quotidienne de sodium des Québécois soit abaissée à 2300 mg d'ici 2016, le gouvernement souhaite y arriver par ses propres moyens.
Mme Lévesque précise entre autres que le ministère de la Santé élabore présentement une politique pour une saine alimentation avec quatre autres ministères. Celle-ci fera en sorte de rendre les choix alimentaires sains faciles à faire et attrayants, et contiendra des cibles spécifiques de réduction du sodium.