Quelque 5400 athlètes amateurs et d'élite ont raquetté, patiné, skié, couru ou roulé sur les plaines d'Abraham, samedi et dimanche.

Record de participation au Pentathlon des neiges

Le Pentathlon des neiges s'impose de plus en plus comme la compétition sportive amicale par excellence dans la capitale. À sa 11e présentation, l'événement a connu une légère hausse des inscriptions pour atteindre un nouveau record de participation... qui n'attend que d'être battu.
François Caletta a vu neiger, au propre comme au figuré. Il se rappelle la première présentation du Pentathlon en 2005 à Lac-Beauport. «On était 64 participants», lance-t-il, tout en pensant aux 5400 athlètes amateurs et d'élite qui ont raquetté, patiné, skié, couru ou roulé sur les plaines d'Abraham.
«On ne s'attendait pas du tout à ça, confie le père de l'événement. On craignait une catastrophe parce qu'on était sur le gazon en décembre. Et c'est à cette période que les gens s'inscrivent.» La catastrophe n'a pas eu lieu. Au contraire, il y a eu 100 inscriptions de plus que les 5300 de 2014.
Participants «du 450»
C'est peu, mais suffisant pour croire que le Pentathlon peut encore croître en popularité. «On a fait une offensive médiatique dans la région de Montréal. Il y a une croissance de participation des gens qui viennent du 450. On veut développer ce marché et amener les gens à Québec», raconte M. Caletta. L'an passé, la région de Montréal représentait seulement 2 % des inscriptions.
Ce dernier a pour but d'atteindre les 7000 participants en 2018. Pour y arriver, son organisation compte aussi développer de nouveaux volets participatifs spécialisés. «Par exemple, on pense développer le volet retraité. Il ne faut jamais oublier que notre grand thème commun est l'accessibilité aux sports d'hiver.»
La présentation du Pentathlon 2015 aura été aussi l'occasion de tester le nouveau site des compétitions en face du Musée des beaux-arts. «Tout le monde est unanime pour dire que le nouveau site est magnifique et fonctionnel. Nous voulons revenir l'an prochain», conclut l'organisateur.