C'est dimanche qu'on saura qui de Renée Wilkin, de Rémi Chassé, de Valérie Lahaie et de Yoan Garneau sera le grand gagnant de La voix cette année.

Qui succédera à Valérie Carpentier?

De la variété et de l'audace. C'est ce que j'aime de La voix, dont la deuxième saison se termine dimanche soir à TVA. Quand la machine sert la musique, et ose même la marge en pleine télé populaire, j'applaudis.
Bien sûr, j'aurais aimé voir Shiraz Adham en finale. Comme Élie Dupuis. Comme G'nee. Et Valérie Daure, tiens. Mais il me faudra choisir entre Renée Wilkin de l'équipe de Marc Dupré, Valérie Lahaie de l'équipe d'Éric Lapointe, Yoan Garneau de l'équipe d'Isabelle Boulay et Rémi Chassé de l'équipe de Louis-Jean Cormier. Savez-vous? J'hésite entre Renée et Rémi, les deux meilleures voix d'après moi.
À voir les controverses suscitées par les décisions des coachs depuis le début des directs, je n'ose imaginer ce dont les fans seront capables dimanche si l'annonce du gagnant ne fait pas leur affaire. Vous dire le nombre de courriels reçus à propos de l'évincement de la très jeune Shiraz par Éric Lapointe, qui, contre l'avis de ses trois camarades, lui a préféré Rita Tabbakh. Une page Facebook criant à l'injustice et réclamant le retour de Shiraz a même été instaurée, et pas à la blague.
Charles Lafortune s'amuse de ces réactions excessives du public, aussitôt oubliées. «Dans la tête d'Éric, Shiraz avait une couleur très forte, mais qui avait besoin d'être développée, et Rita avait plus à offrir. On se plaint toujours que tout le monde est pareil, et là, on avait enfin quelqu'un qui décidait d'aller ailleurs, et on chiale», m'a-t-il dit en entrevue.
L'animateur souligne que Shiraz en est sortie gagnante, faisant le plein de la sympathie du public. «Plein de monde connaît Shiraz maintenant, et si elle sortait un album dimanche matin, je suis certain qu'il se passerait quelque chose. Ça a été beaucoup plus dur pour Rita. Les gens ont l'impression, sur les réseaux sociaux, qu'ils peuvent te cracher à la figure.»
Autre mécontentement, celui-là à propos du retour de candidats déjà vus à La voix l'année précédente. «Les gens nous disaient de laisser la chance aux autres. Mais Alexandre Bilodeau, quand il va aux Olympiques, il a le droit de revenir quatre ans après. L'inverse serait absurde. Ce sont des chanteurs, ce n'est pas du consommé-jeté. Ils progressent entre leurs participations. Regardez Renée, refusée la première fois, et qui se retrouve en finale maintenant», fait-il remarquer.
De ces impondérables, Charles Lafortune s'en est bien accommodé. Mais il se serait passé de la vague de grippes qui a failli avoir raison de ses candidats adorés. «Un soir où elle chantait, Renée était malade, elle n'entendait pas, ses oreilles étaient bouchées. Elle était tellement enflée que l'ORL n'arrivait pas à lui insérer la caméra dans la gorge!»
Au cours de cette deuxième saison, La voix a su attirer sur son plateau Sheryl Crow, dont la présence a été remarquée. «Elle est d'une simplicité. Le soir, elle était à la cafétéria et attendait en ligne pour le buffet. Tu vois que c'est une fille du sud des États-Unis, très près de son groupe de musiciens. Elle avait écouté la version que Rémi Chassé a faite de sa chanson If It Makes You Happy», raconte Charles Lafortune.
Cee Lo Green, Corey Hart  et Julie Masse sur scène
Pour appuyer les candidats, il y aura de la vedette dimanche à 19h30, à commencer par Cee Lo Green, ancien coach de la version américaine de The Voice, qui ne s'est pas fait prier avant d'accepter. «Il sait très bien que nous sommes la version au monde la plus regardée per capita. Il n'y a aucun show de variétés qui fait 2,5 millions au Canada.» Aussi sur la scène, le couple Corey Hart et Julie Masse, Les Soeurs Boulay, de même que la gagnante de l'an dernier, Valérie Carpentier, qui chantera en duo avec sa coach, Ariane Moffatt.
Charles Lafortune, qui ne veut pas faire de pronostics en vue de dimanche soir, est très fier de la première gagnante de La voix et de son album, vanté autant par le public que par la critique. «C'est un vrai album, avec un sens, une direction, un contenu, un son.» Charles Lafortune, qui gère maintenant sa propre boîte de production, C Majuscule Médias, sera de retour pour une troisième saison de La voix l'hiver prochain.