Le quart Andrew Luck est l'un de ceux qui pourraient succéder à Joe Flacco, ayant permis à son équipe de conserver une fiche de 4-2 contre les clubs qui participent aux séries.

Qui imitera Flacco?

Mauvaise nouvelle pour les amateurs des Broncos (13-3), des Patriots (12-4), des Seahawks (13-3) et des Panthers (12-4) : six des huit dernières équipes ayant remporté le Super Bowl ne profitaient pas d'un congé lors de la première ronde éliminatoire. Est-ce que ce sera de nouveau le cas cette année? Un quart-arrière suivra-t-il les traces de Joe Flacco, qui a joué de façon magistrale dans les séries, l'an dernier, pour mener les Ravens de Baltimore aux grands honneurs?
Pendant que Peyton Manning (Denver) et Tom Brady (Nouvelle-Angleterre) seront au repos en fin de semaine, Andy Dalton (Cincinnati), Andrew Luck (Indianapolis), Alex Smith (Kansas City) et Philip Rivers (San Diego) vont prendre les moyens pour atteindre la deuxième ronde des séries dans la Conférence américaine. Du groupe, je crois que celui qui pourrait tirer le plus son épingle du jeu sera le jeune quart des Colts (11-5), qui ont terminé la saison en remportant leurs trois derniers matchs avec une facilité déconcertante au tableau indicateur (78-20).
Confronté à un calendrier plus chargé qu'à sa première saison dans la NFL en 2012, Luck a permis à la troupe de Chuck Pagano de conserver une brillante fiche de 4-2 contre des clubs qui participent aux séries ce mois-ci. Après avoir mis quelques semaines à s'ajuster à la suite de la blessure subie par l'excellent ailier espacé Reggie Wayne, le quart de 24 ans a retrouvé ses moyens dans le dernier droit en unissant ses efforts à ceux du receveur T.Y. Hilton et du porteur de ballon Donald Brown.
À l'image de tous ses coéquipiers en attaque, Luck est parvenu à limiter les revirements en 2013 - il a été victime de seulement 9 interceptions comparativement à 18 à ses premiers pas dans la NFL, tout en lançant le même nombre de passes de touché (23) - alors que les Colts ont remis le ballon à l'adversaire en seulement 14 occasions.
Et contrairement à l'an dernier où le diplômé de l'Université Stanford a eu droit à son baptême des séries sur la route - une défaite de 24-9 contre les Ravens à Baltimore -, Luck profitera cette fois de l'avantage du terrain face aux Chiefs de Kansas City (11-5).
Contrairement aux Colts, les protégés d'Andy Reid ont connu récemment leur part de difficultés après avoir amorcé l'année avec neuf victoires d'affilée. Les Chiefs ont gagné seulement deux de leurs sept dernières rencontres, encaissant notamment un revers de 23-7 à domicile aux mains d'Indianapolis, il y a trois semaines.
Après cette défaite, l'entraîneur des Chiefs a avoué avoir commis une erreur sur le plan stratégique en limitant l'utilisation du porteur de ballon Jamaal Charles, le leader de KC en attaque. En plus de gagner 1287 verges au sol, le spectaculaire numéro 25 a également saisi 70 passes pour des gains de 693 verges, terminant la saison avec 19 touchés. Charles a plus à voir avec les succès des Chiefs que le quart Alex Smith à qui on demande avant tout de limiter les erreurs. Une tâche dont il s'est encore une fois fort bien acquitté en 2013, comme le démontrent ses 23 passes payantes contre seulement sept interceptions.
C'est justement parce qu'ils ont lancé beaucoup trop d'interceptions au cours des dernières années que l'on ne s'attend pas à ce que Dalton ou Rivers permettent aux Bengals (11-5) ou aux Chargers (9-7) de décrocher les trois victoires nécessaires pour se rendre jusqu'au Super Bowl. Dalton a très mal paru dans les séries au cours des deux dernières années (0-2, 0 touché, 4 interceptions, 6 sacs), tandis que Rivers a compilé une fiche de 3-4 dans les séries entre 2006 et 2009.
Place aux jeunes!
Dans la Conférence nationale, il faudra avoir à l'oeil les vétérans Drew Brees (La Nouvelle-Orléans) et Aaron Rodgers (Green Bay), ainsi que les jeunes Nick Foles (Philadelphie) et Colin Kaepernick (San Francisco), qui se mettront à l'ouvrage dans des conditions difficiles pendant que Russell Wilson (Seattle) et Cam Newton (Caroline) profiteront d'un moment de répit bien mérité.
Malgré la présence de plusieurs munitions sur le plan offensif, Brees et les Saints sont toujours en quête d'une première victoire sur la route dans les séries, tandis que les 49ers ont eu le dessus sur les Packers lors des trois dernières confrontations entre les deux rivaux de la NFC au cours des deux dernières années. Kaepernick a mené les 49ers jusqu'au SB l'an dernier et on sera déçu en Californie si les protégés de Jim Harbaugh ne font pas aussi bien cette année, même si la commande est plus exigeante sur la route qu'à domicile.
Enfin, à Philadelphie, on se croise les doigts pour que Nick Foles, auteur de 27 passes de touché contre seulement deux interceptions, répète ses succès dans les séries. Ce qui n'est pas toujours évident, comme peut en témoigner Peyton Manning!
*******************
Denver et Seattle au XLVIIIe Super Bowl
Au début de la saison, j'avais choisi Atlanta (4-12) - eh oui, vous avez bien lu - et Denver pour participer au XLVIIIe SB qui sera présenté le 2 février au MetLife Stadium, le domicile des Giants et des Jets de New York. Je persiste et signe avec les Broncos, malgré les nombreux ennuis éprouvés depuis plusieurs années par Peyton Manning dans les séries. Le quart vient de connaître une saison exceptionnelle à l'âge de 37 ans, et je me croise les doigts pour qu'il joue avec autant de brio dans les séries afin de remporter le SB pour la deuxième fois de sa carrière, ce qui lui permettrait d'égaler son frère Eli (Giants). Les opposants des Broncos devraient être les Seahawks de Seattle, qui n'ont pas l'habitude de perdre plus d'une fois par année dans leur bruyant domicile. L'attaque des protégés de Pete Carroll a fonctionné au ralenti au cours des dernières semaines, mais leur défensive est solide comme le roc. Les Patriots et les 49ers feront la vie dure aux Broncos et aux Seahawks lors des finales de conférence.
Changement à apporter
En fin de semaine, les Saints de La Nouvelle-Orléans et les 49ers de San Francisco joueront à l'étranger, même si ces deux clubs de la Conférence nationale ont compilé des meilleures fiches que les équipes auxquelles ils rendront visite. Parce que Philadelphie et Green Bay ont décroché les championnats des divisions Est et Nord de la NFC, les Eagles et les Packers ont obtenu le droit d'entreprendre les séries à domicile. Comme cette situation se répète pratiquement chaque année, la NFL devra revoir sa façon de procéder.
Un championnat de division devrait signifier automatiquement une participation aux séries, mais pas nécessairement le bénéfice de disputer un match à la maison. Si un club qualifié comme meilleurs deuxièmes termine avec une fiche supérieure à celle d'un champion de division, ce dernier devrait entreprendre les séries sur la route afin de récompenser l'équipe qui a devancé l'autre au classement général. De la pure logique. Ce ne sont certainement pas les Saints de La Nouvelle-Orléans, un club plutôt frileux, qui s'en plaindraient. Dans les séries suivant la saison 2010, les Saints (11-5) ont été contraints de se rendre à Seattle (7-9), où ils ont été éliminés 41-36 par les Seahawks, les champions de la section Ouest qui n'étaient même pas parvenus à jouer pour ,500 pendant la saison régulière.
En vitesse...
Les Bengals de Cincinnati ont vaincu les Chargers 17-10, à San Diego, le 1er décembre dernier... L'entraîneur des Bengals, Marvin Lewis, est toujours à la recherche d'un premier gain dans les séries après quatre tentatives infructueuses... Le quart des Bengals, Andy Dalton, a complété la saison avec 33 passes de touché, un sommet personnel, mais il a aussi lancé 20 interceptions... Les Chargers se sont qualifiés pour les séries en remportant leurs quatre derniers matchs. Ils alignent 37 joueurs qui participeront dimanche à un match des séries pour la première fois, 12 de plus que les Chiefs de Kansas City.