Le chef du PLQ, Philippe Couillard

«Quelle niaiserie!» réagit Couillard au reproche de ne pas «dénoncer» l'Arabie saoudite

«Quelle niaiserie!» s'est exclamé Philippe Couillard qui s'est fait reprocher dimanche par son adversaire Pauline Marois de ne pas condamner les violations aux droits humains, en Arabie Saoudite, où il a oeuvré pendant quelques années.
En matinée, Mme Marois est revenue sur les propos de Djemila Benhabib. Selon la candidate péquiste, ce pays du Moyen-Orient «pend les mal pensants, [...] décapite les poètes et institutionnalise» violences et discriminations à l'égard des femmes. Selon Mme Marois, Philippe Couillard «devrait autant dénoncer ce qui se passe en Arabie Saoudite» plutôt que de vouloir bloquer l'adoption de la Charte.
«C'est tellement ridicule que ça se passe de commentaires», a réagi le chef du Parti libéral du Québec, de passage, à Lachute, près de Montréal. «Quelle niaiserie, de dire une affaire de même.
«C'est comme s'il y avait un Québécois qui trouve acceptable les coutumes sociales de ce pays-là. C'est comme si quelqu'un vous disait, tu travailles au Texas, ha! ha! tu es pour la peine de mort.»
Le chef n'a pas retenu l'argument d'un journaliste qui lui a fait remarquer qu'il a travaillé avec les autorités politiques de ce pays. «Et alors? Que faites-vous des milliers de Québécois et de Canadiens qui encore aujourd'hui le font? Ces gens entérinent les coutumes sociales de ce pays? Voyons donc!
«À ce que je sache, nous avons des relations diplomatiques complètes avec l'Arabie. À moins que Mme Marois annonce que, dans son Québec séparé, il n'y aura plus de relations diplomatiques [avec ce pays]. Je ne crois pas qu'elle le ferait. Un peu de bon sens. Un peu de nuance.» Avec Simon Boivin