Queens of the Stone Age: l'Homme de la situation

Les Queens of the Stone Age ont offert une heure trente de gros rock lourd à leurs fans de Québec jeudi soir sur les plaines d'Abraham avec un spectacle fort bien léché et dirigé de main de maître par le chanteur et guitariste Josh Homme.
S'il voulait réveiller le public nombreux, le quintette s'y est pris de la bonne façon en y allant de ses pièces les plus pesantes et bruyantes dès le début. Le groupe a d'abord aligné You think I ain't worth a dollar but I feel like a millionnaire et No One Knows de l'album Songs for the deaf.
L'attaque à trois guitares de Homme, Dean Fertita et Troy Van Leeuwen était très efficace, le dernier passant aisément de la guitare électrique traditionnelle à la guitare à douze cordes et à la guitare lap-steel sur My god is the Sun et Burn the Witch. Ce trio de choc était appuyé par la basse de Michael Shuman et le jeu puissant, presque tribal du batteur Jon Theodore.
Après cette entrée brutale qui a culminé avec la pièce Feel Good Hit of the Summer, Homme et sa bande ont inséré quelques pièces moins «rentre dedans» dans leur offre musicale, notamment une Make it Wit Chu aux accents lounge et The Vampyre of Time and Memory où Homme s'est installé au piano.
«Québec, you're mad, mad motherfuckers!», a lancé Homme dans l'une de ses interventions. Plus tard, il a choisi de laisser parler sa musique. «Quand on ne sait plus quoi dire, on se contente de jouer et c'est ce qu'on va faire», a-t-il déclaré avant de présenter Go With the Flow.
À part le fait de ne pas avoir donné de rappel alors que tout le monde en redemandait, on ne peut vraiment pas reprocher grand-chose au groupe du désert californien qui a mis un solide point final à un programme bien rempli.
<p>Elle a toute une dégaîne, cette Mosshart. Presque filiforme, une repousse noire de 5 cm sur sa tignasse blonde, elle arpentait la scène en fumant une cigarette avant de lancer le spectacle.</p>
The Kills
Tout juste avant, The Kills, le duo américano-britannique formé par la chanteuse Alison Mosshart et le guitariste Jamie Hince, a offert une solide performance de rock garage, accompagné d'une boîte à rythme et de quatre percussionnistes qui frappaient sur leurs tambours à l'unisson.
Elle a toute une dégaîne, cette Mosshart. Presque filiforme, une repousse noire de 5 cm sur sa tignasse blonde, elle arpentait la scène en fumant une cigarette avant de lancer le spectacle. En vraie accro du tabac, elle a continué de fumer sa clope en chantant No Wow.
Au total, la paire aura interprété douze pièces, dont sept étaient tirées de l'album Blood Pressures, paru en 2011. Mosshart a terminé le spectacle comme elle l'avait commencé : prenant une autre dose de nicotine alors que Hince effectuait le dernier solo de Monkey 23.
Brody Dalle
Encore une fois, il n'y avait pas beaucoup de monde sur les plaines d'Abraham en début de soirée. Dommage pour la chanteuse et guitariste Brody Dalle, qui est également l'épouse de Josh Homme. La punkette blonde aux bras tatoués a livré un programme court mais bien rempli avec des pièces de son ancien groupe, The Distillers, de son premier album solo, Diploid Love, paru plus tôt cette année ainsi qu'une reprise bien réussie de Hybrid Moments des Misfits.