Après trois matchs cette saison, le quart des Panthers de la Caroline Cam Newton n'a réussi que deux passes de touché, contre quatre interceptions.

Que le vrai Newton se lève!

CHRONIQUE / Après avoir mené les Panthers de la Caroline à trois championnats de division en quatre ans et à une participation au 50e Super Bowl, où ils se sont inclinés 24-10 devant Denver, Cam Newton était démoralisé l'an dernier quand la saison de la troupe de Ron Rivera s'est terminée dès la 17e semaine du calendrier avec une affreuse fiche de 6-10.
Émotif, le quart-arrière qualifiait la saison 2016 des Panthers de «décevante et frustrante». Il avait alors répété à plusieurs reprises que l'organisation (joueurs et entraîneurs) allait prendre tous les moyens pour rebondir en 2017.
De façon à mettre toutes les chances de son côté après avoir connu sa pire saison sur le plan des statistiques en six ans chez les pros, Newton est passé sous le bistouri en mars afin de remettre son épaule droite en bon état. Une opération dont le quart de 28 ans met plus de temps qu'anticipé à se remettre.
Il a d'ailleurs été limité à une seule présence sur le terrain pendant les matchs préparatoires, sous les recommandations du personnel médical de l'équipe. Une série de 10 jeux qui s'est terminée avec un touché de Kelvin Benjamin. Sur cette séquence, Newton a tenté et complété seulement deux relais (21 verges) et n'a pas couru une seule fois avec le ballon. 
Le joueur par excellence de la NFL en 2015 (fiche de 15-1 avec 35 touchés par la passe et 10 au sol) était toutefois bel et bien à son poste le 10 septembre - comme il l'avait lui-même laissé entendre - quand les Panthers ont amorcé la saison contre San Francisco. Une victoire de 23-3, où Newton a souvent paru rouillé, même s'il est finalement parvenu à lancer deux passes de touché après avoir profité de revirements provoqués par l'unité défensive. Après le match, les médias ont insisté davantage sur le manque de précision de Newton, qui avait fait en sorte que le duel avait été serré plus longtemps que prévu.
La semaine suivante, le brio de la défensive menait la Caroline à un gain de 9-3 sur Buffalo. Après avoir lancé le ballon 10 pieds au-dessus de la tête d'Ed Dickson contre SF, Newton ratait complètement Christian McCaffrey avec trois minutes à jouer au quatrième quart, un jeu qui aurait résulté en un touché facile pour sceller l'issue de la rencontre. 
Après ces deux victoires, l'attaque des Panthers se résumait à seulement deux touchés et six placements. Nettement insuffisant pour continuer d'aligner les succès dans la NFL d'aujourd'hui, comme les Panthers l'ont appris à leurs dépens, dimanche dernier quand ils ont été écrasés 34-13 par La Nouvelle-Orléans (1-2).
La pire défensive de la NFL avant d'amorcer la troisième semaine du calendrier a trouvé plusieurs façons d'embarrasser Newton, qui a été cloué au banc à mi-chemin du quatrième quart après avoir été victime de trois interceptions et de quatre sacs. Après la rencontre, on a appris que le quart revendiquant deux touchés contre quatre interceptions ne s'était pratiquement pas entraîné au cours de la semaine, question de ménager son épaule...
Sans Olsen
Le duel contre les Saints était le premier où Newton devait ses débrouiller sans l'ailier rapproché Greg Olsen, la cible de prédilection du quart de 6'5'' et de 245 livres au cours des quatre dernières années ayant subi une grave blessure à un pied contre les Bills. Les plus optimistes se croisent les doigts pour que le vétéran de 32 ans revienne au jeu à la fin de novembre.
Malheureusement pour Newton, les Panthers manquent nettement de profondeur sur le plan offensif et le touché de 40 verges réussi à leurs dépens par leur ex-coéquipier Ted Ginn Jr - un joueur autonome l'hiver dernier - était encore plus difficile à accepter, dimanche, compte tenu des circonstances...
***
Belle réaction
Ayant donné mon humble appui à Colin Kaepernick à quelques reprises l'an dernier, j'ai évidemment apprécié au plus haut point la réaction des 32 organisations de la NFL aux provocants propos tenus la semaine dernière par Donald Trump, cet homme d'affaires spécialiste de la télé-réalité malheureusement élu président des États-Unis en novembre 2016.
Les joueurs de la NFL sont loin d'être tous des anges. Ce qui me dérange le plus - comme je l'ai souligné à quelques reprises dans le passé -, c'est le nombre beaucoup trop élevé de ceux-ci qui alimentent 12 mois par année les colonnes des faits divers des médias parce qu'ils ont été arrêtés après avoir commis divers méfaits (violence domestique, ivresse au volant...). Mais je ne dirai jamais un mot contre un athlète qui se sert de sa renommée pour manifester pacifiquement contre le racisme, comme l'a si bien fait l'ex-quart des 49ers de San Francisco.
En ce qui me concerne, c'est la super-vedette de la NBA, LeBron James, qui a le mieux résumé ma pensée quand il a déclaré que tous les athlètes considéraient comme un honneur le fait d'être reçu à la Maison-Blanche... avant que Trump n'y prenne place. 
***
En une phrase...
«Je ne sais pas s'il y a un seul joueur à travers la ligue qui connaît les nouvelles règles sur les célébrations d'après touché. Pour ma part, il s'agissait de ma réponse aux commentaires de Donald Trump»
- Odell Beckham Jr. L'ailier espacé des Jets a imité un chien en train d'uriner après avoir réussi son premier touché face aux Eagles de Philadelphie, dimanche.
***
Mes choix
SEMAINE 4
Jeudi : 1/1 (100 %)
Dimanche
LA NOUVELLE-ORLÉANS c. Miami (à Londres)
• Caroline en NOUVELLE-ANGLETERRE
• Buffalo à ATLANTA
JACKSONVILLE à NY Jets
• Los Angeles Rams à DALLAS
CINCINNATI à Cleveland
PITTSBURGH à Baltimore
TENNESSEE à Houston
DETROIT au Minnesota
• Philadelphie à LOS ANGELES CHARGERS
• NY Giants à TAMPA BAY
• San Francisco en ARIZONA
• Oakland à DENVER
• Indianapolis à SEATTLE
Lundi
• Washington à KANSAS CITY
-----
SEMAINE 5
Jeudi
NOUVELLE-ANGLETERRE à Tampa Bay
-----
Semaine 3 : 9/16 (56,3 %)
Total : 32/48 (66,7 %)