Les coachs ont ouvert la soirée par un numéro dépouillé, idéal pour interpréter La voix que j'ai de Gerry Boulet.

Quatuor parfait à La voix

J'ai déjà ma préférée, Gabrielle Shonk, 25 ans. Une voix qui lui appartient, «qui nous raconte quelque chose», a dit Éric Lapointe. Et j'ai pensé à Valérie Carpentier, qui a aussi son timbre à elle, qui ne ressemble à rien. Là, vous me gagnez.
<p>Le cas de Véronique Gilbert ne peut faire autrement que de toucher. Mère à 18 ans, cette femme de Gatineau a dû mendier après avoir tout perdu.</p>
<p>Belle revanche pour Julie Lefebvre, 26 ans, de Saint-Rémi, pour qui personne n'avait activé son bouton rouge l'an dernier.</p>
Il n'y avait pas grand défaut hier soir à la première de La voix à TVA. Voilà quatre coachs qui sont bien à leur place. Ceux qui craignaient qu'Éric Lapointe ne soit pas «toute là» se sont trompés : le chanteur manifestait un réel plaisir à y être. Il a pris le siège du séducteur, faisant un parfait successeur à Jean-Pierre Ferland avec ses promesses en l'air. «Veux-tu m'épouser?» a-t-il demandé à la fille de bicycle Marie-Ève Fournier de Mascouche, avant de lui jurer d'être là «encore dans 10 ans». «Tu m'as transporté, tu m'as transpercé, tu m'as égorgé... Tu m'as tué!» Pas d'hésitation, Éric Lapointe donne un show.
Louis-Jean Cormier sera le mien, mais j'aurais aimé l'entendre plus. Ça viendra sûrement. C'est d'ailleurs lui qu'a choisi Gabrielle Shonk, originaire du Rhode Island, qui a chanté Sang d'encre de Jean Leloup, un choix parfait pour elle.
Avec Isabelle Boulay et Marc Dupré, les coachs ont ouvert la soirée par un numéro dépouillé, idéal pour interpréter La voix que j'ai de Gerry Boulet. Déjà au départ de cette première émission d'auditions à l'aveugle, les quatre ont retourné leurs sièges pour Valérie Daure, 30 ans, de Montréal, qui leur a chanté Feeling Good de Nina Simone. Mais c'est Louis-Jean Cormier qu'elle a choisi.
Oui, il a été question des malheurs de plusieurs candidats, mais en appuyant beaucoup moins sur le bouton «mélo». Le cas de Véronique Gilbert ne peut faire autrement que de toucher; mère à 18 ans, cette femme de 31 ans de Gatineau a dû mendier après avoir tout perdu. Une voix qui porte un vécu douloureux facilement perceptible. Elle a offert une interprétation bien sentie de Ce soir on danse à Naziland, comme ne l'avait jamais entendue Isabelle Boulay après toutes ses représentations de Starmania. Éric Lapointe a bien tenté de la séduire en allant chanter avec elle, mais la jeune femme est allée vers Isabelle Boulay.
Pour le Beauceron de 23 ans Philippe Lauzon, atteint d'une maladie dégénérative, La voix représente le last call. Encore là, on a effleuré le mélodrame. Moment déchirant quand personne ne s'est tourné pour la jeune Sonia Turcotte-Légaré, 16 ans, qui a éclaté en sanglots au terme de son interprétation de Hero de Mariah Carey. Isabelle Boulay s'est aussitôt levée pour la prendre dans ses bras. «Coacher, c'est aussi réconforter», a tweeté la chanteuse.
Belle revanche pour Julie Lefebvre, 26 ans, de Saint-Rémi, pour qui personne n'avait activé son bouton rouge l'an dernier. Marc Dupré, qui l'avait regretté, n'allait pas manquer sa chance cette année. L'aîné des candidats, Thomas Pearce, 70 ans, de Saint-Élie-de-Caxton, n'a pas eu le même privilège avec sa chanson de Johnny Cash, et Mathieu Tremblay, 26 ans, n'était tout simplement pas à la hauteur avec son Blurred Lines. «Si tu fais le bon choix, on va avoir du fun en sacrament», a lancé Éric Lapointe à Adrien Aubert, celui qui avait pris les fameuses images de Lac-Mégantic en flammes, le soir du drame. Mais l'interprète de 29 ans a plutôt choisi Marc Dupré.
Incapable de ne pas penser à La woua, parodie au Bye bye, en entendant Charles Lafortune présenter les coachs. Même ton que son imitateur Louis Morissette. Des quatre coachs, Louis-Jean Cormier est le seul à avoir déjà trois candidats dans son équipe, les trois autres en ayant chacun deux. Les auditions à l'aveugle se poursuivront dimanche prochain.