Le juge Christian Boulet a accepté la suggestion commune des parties, soit quatre ans moins la détention provisoire de deux mois, et a recommandé à Jean-François Angers d'aller chercher de l'aide.

Quatre ans pour le fraudeur des ligues de garage

Le fraudeur des ligues de garage Jean-François Angers devra quitter la patinoire pour quatre ans; il a plaidé coupable à de multiples fraudes faites aux dépens de hockeyeurs de la région.
<p>Jean-François Angers</p>
L'homme de 38 ans, à la feuille de route judiciaire longue comme le bras, s'était livré à la police de Québec le 24 septembre après la publication d'un avis de recherche.
Angers a notamment fraudé deux hockeyeurs qui s'étaient inscrits à une équipe via un site Internet. Le fraudeur a rencontré ses proies, leur a montré le chandail de l'équipe et leur a demandé leur grandeur de bas. Il exigeait ensuite quelques centaines de dollars à chacun des hockeyeurs.
Lorsqu'ils se sont présentés à leur première partie, les deux joueurs ont réalisé qu'Angers avait usurpé le rôle du vrai responsable de l'équipe pour les inscrire et s'était sauvé avec leur argent.
À d'autres occasions, Jean-François Angers inscrivait des joueurs à des tournois de hockey ou de balle-molle, récoltait les paiements et désinscrivait ensuite l'équipe sans rembourser les participants.
Il a aussi fraudé le commerce d'équipements sportifs Go Hockey en payant ses achats avec un faux chèque.
Le juge Christian Boulet a accepté la suggestion commune des parties, soit quatre ans moins la détention provisoire de deux mois, et a recommandé à Jean-François Angers d'aller chercher de l'aide. «C'est certain que ce monsieur-là est intelligent et a un pouvoir de persuasion, mais il ne s'en sert pas à bon escient!» s'est exclamé le magistrat.