Le palais de justice de Québec

Quarante mois de prison pour de la pornographie juvénile

Consommateur de pornographie juvénile durant une dizaine d'années et agresseur sexuel d'une fillette, Éric Rousseau, 42 ans, purgera une peine de 40 mois de prison.
Avec 1000 photos et 500 vidéos dégradantes, montrant notamment des bébés, Éric Rousseau était déjà un cyberpédophile de fort calibre lors de son arrestation en janvier 2014.
Les policiers de Québec ont vite découvert qu'il avait aussi agressé une petite fille de 11 ans de son entourage et s'était filmé durant les attouchements, d'où l'ajout d'accusations de production de pornographie juvénile et d'agression sexuelle.
Après avoir plaidé coupable, il s'est vu imposer jeudi une peine de 40 mois de détention. Une
fois soustraite la détention provisoire, l'homme aura encore deux ans moins un jour d'incarcération à purger.
Élément primordial aux yeux de la procureure de la Couronne MeNathalie Leroux, Rousseau sera par la suite soumis à une ordonnance de probation de trois ans et sera dans l'obligation de suivre une thérapie.
«Coup de couteau dans le coeur»
Dans une touchante lettre, la mère de la victime a raconté comment elle a été ébranlée par le récit des agressions. «À chaque parole que ma fille disait, c'était comme de recevoir un coup de couteau dans le coeur», écrit la mère.
Après l'arrestation de Rousseau, la mère a dû dormir avec sa fille et rester avec elle en tout temps pour qu'elle se sente en sécurité. La maman a aussi jeté tous les draps et les couvertures associés à l'événement. 
Les intervenantes du CLSC ne sont jamais parvenues à aider sa fille, car simplement aborder le sujet faisait pleurer l'enfant.
Depuis les événements, la jeune fille ne se laisse plus approcher par aucun homme, affirme la mère.
La dame était présente au palais de justice jeudi, mais n'a jamais été capable d'entrer dans la salle d'audience pour entendre la peine.