Quand le temps s'arrête...

Il y a des moments comme ça, autant dans notre vie personnelle que dans celle des collectivités et des médias. Des moments où tout ce qui nous préoccupait devient secondaire. Ce fut le cas le 11 septembre 2001, quand des attentats terroristes ont ébranlé toute la communauté internationale. Ce fut le cas le 6 juillet dernier, quand le drame a frappé la population de Lac-Mégantic.
C'est pour ça que le temps s'est arrêté jeudi matin, quand on a appris la terrible tragédie qui venait de frapper la petite municipalité de L'Isle-Verte.
Toute la semaine, l'actualité politique avait été riche en révélations. Sondages plutôt favorables au Parti québécois, controverse autour du leadership de Philippe Couillard, expulsion de Fatima Houda-Pepin du Parti libéral du Québec, révélations troublantes à la commission Charbonneau sur Pauline Marois et la ministre Élaine Zakaïd. Le rideau est tombé jeudi matin.
Les audiences de la commission Charbonneau ont été évincées des ondes de RDI et LCN. Les travaux de la commission des institutions sur la laïcité ont perdu en intérêt.
Philippe Couillard, qui avait annoncé un point de presse à 11h «pour contrer l'inertie économique du gouvernement péquiste», l'a annulé et a pris la route de L'Isle-Verte. Pauline Marois, qui avait tardé l'avant-veille à réagir aux informations dévoilées à la commission Charbonneau, s'est rendue disponible immédiatement pour offrir l'appui de son gouvernement à la municipalité sinistrée. François Legault a publié un communiqué de presse pour offrir ses condoléances aux familles des victimes. À Québec, Agnès Maltais et Régis Labeaume ont annulé une rencontre visant à faire la promotion du Carnaval.
C'est normal que le temps s'arrête ainsi lorsqu'il y a un grand drame. C'est comme une mortalité dans la famille. On met tout de côté pour réconforter les gens qui ont perdu un être cher. Mais ça montre aussi à quel point l'actualité est parfois à des lieues de ce qui devrait nous préoccuper. Mercredi, une commission parlementaire a commencé ses travaux sur les conditions de vie des personnes âgées hébergées dans les CHSLD. J'ai retrouvé un seul compte rendu de ces travaux jeudi matin dans les médias. Je me suis consolé en constatant que c'était dans mon journal. Mais quand même... Admettons que le sort de nos aînés devrait nous préoccuper tout autant, sinon plus, que le port du hijab dans nos garderies.