Quand Bonhomme se multiplie

A-t-il perdu du poids? Changé de chapeau? Lui a-t-on appliqué du rouge à lèvres ou a-t-il subi une rhinoplastie? Si vous avez aperçu Bonhomme Carnaval, mais qu'il avait une drôle de tête, c'est probablement parce que vous êtes tombés sur l'une de ses dizaines de copies qui circulent en liberté.
Le Soleil s'est amusé à recenser - de façon non rigoureuse et non scientifique - les Bonhomme Carnaval que l'on voit de temps en temps apparaître à l'extérieur dans sa région natale. S'il arrive à l'occasion que le vrai de vrai quitte son palais de glace pour se faire voir ailleurs dans le but de mousser la fête d'hiver, le personnage de la Capitale-Nationale ne s'est jamais reproduit. Ses doubles sont plutôt l'oeuvre d'amateurs qui veulent recréer la magie du personnage en dehors de sa ville natale ou parfois pour se moquer gentiment - et parfois un peu moins - de lui. Pour le meilleur et aussi pour le pire.
«C'est la rançon de la gloire, c'est flatteur», fait valoir, amusée, la directrice générale du Carnaval de Québec, Mélanie Raymond. L'organisation est très tolérante à l'égard des Bonhomme revisités, même si parfois les répliques dénaturent quelque peu l'original. «L'objectif principal, c'est de promouvoir l'hiver. Qu'il y ait d'autres Bonhomme à travers la province et même d'autres provinces et que les gens s'adonnent aux plaisirs hivernaux, ça comble notre objectif. On est super heureux», poursuit Mme Raymond. 
Le Carnaval est cependant plus sensible si l'image est utilisée à des fins commerciales, puisque cela peut lui causer des dommages. D'autant plus, rappelle la directrice générale, qu'il y a une marque déposée pour Bonhomme depuis le début des années 60. Mais si c'est pour promouvoir une fête de quartier ou de village, pas de problème. D'ailleurs, aucune poursuite judiciaire n'a été intentée, et ce, au moins au cours des 15 dernières années, affirme-t-elle. 
Il y a bien eu cette fois où le magazine Maclean's a caricaturé le Québec comme étant la province la plus corrompue en présentant Bonhomme avec une mallette remplie de billets. Le différend s'est réglé par une entente dont les détails n'ont jamais été divulgués. «Et on n'en entend pas beaucoup parler plusieurs années plus tard», conclut Mélanie Raymond.
Des histoires amusantes
Plusieurs municipalités au Québec et même à l'extérieur de la province organisent des carnavals avec leur Bonhomme. Dans Charlevoix, il y en a même cinq en circulation! 
Bonhomme de Gentilly 
Il a les yeux écarquillés, le sourire (encore plus) fendu jusqu'aux oreilles, qui ont justement une drôle de forme. Le Bonhomme Carnaval de Gentilly est de 15 ans le cadet de celui de Québec, mais est aussi populaire dans son patelin. Les cousins se sont même rencontrés l'hiver dernier. Mais contrairement à l'original cependant, qui prétend être un personnage en chair et en os, le Bonhomme de Gentilly est considéré comme une mascotte. Chaque année, la population est même invitée à tenter de deviner qui se cache sous le costume. Mais la tâche est corsée puisque Bonhomme est muet. 
Bonhomme en Afghanistan
Une version de Bonhomme, qui ne fond pas à la chaleur, mais qui a perdu du ventre, a fait le voyage jusqu'à Kaboul, en Afghanistan pour divertir les soldats basés au camp ALAMO, dont plusieurs originaires de la région de Québec. Même son palais a été érigé sous les tentes à l'occasion de ce carnaval «d'hiver» qui s'est tenu du 23 au 25 janvier 2013. Le sympathique personnage a eu l'occasion de côtoyer des soldats en provenance des quatre coins de la planète, dont la Turquie, la Suède, la Jordanie et la France, pour nommer que ceux-là. 
Une tradition à Timmins
Dans la ville de Timmins, située dans le nord-est de l'Ontario, de 30 à 40 % de la population est francophone. Et la tradition du carnaval d'hiver y est bien ancrée, puisque ses organisateurs, le centre communautaire La Ronde, célébreront le 50e anniversaire de l'événement l'an prochain. Leur Bonhomme, qui a également le même âge, joue aux devinettes. Il se promène en ville tout au long des festivités, et la population doit tenter de découvrir qui se cache sous le costume parmi la liste des trois «personnalités» de Timmins. L'histoire ne dit pas ce que remportent les gagnants...
Les Bonhomme qui ont beaucoup fait jaser
1. À Saturday Night Live, 5 décembre 2015 
Non seulement il ne s'agissait pas du vrai, mais, de surcroît, Bonhomme Carnaval a été rebaptisé «Bonhomme de neige» lors de son apparition dans un sketch de l'émission Saturday Night Live aux côtés des acteurs canadiens Ryan Gosling et Mike Myers. Sur les ondes du réseau national américain NBC, ces derniers y vantaient les joies d'être originaire de l'autre côté de la frontière à Noël. Parmi celles-ci, passer du temps avec le personnage d'hiver. «Bonhomme de neige vous surveille et vous met dans un sac d'érable et vous frappe à coups de bâton de crosse si jamais vous comptez des menteries. Tout le monde sait ça!» a lancé Mike Myers, suscitant des éclats de rire du public.
2. Les Bleu Poudre, dans les années 90
Bonhomme Carnaval - évidemment un faux - en a vu des vertes et des pas mûres avec Les Bleu Poudre, qui lui ont fait subir nombre de sévices. Ce sont les coups de poêle à frire sur la tête répétés qui ont surtout marqué l'imaginaire du public. Mais il a aussi reçu des oeufs, été enfermé dans le coffre d'une voiture, été décapité et utilisé comme un crachoir, entre autres. Au cours de cette sombre période, la tête de Turc préférée des humoristes n'a pas été que malmenée au petit écran. Dans la rue, il a aussi été la cible de plaisantins pas tous à jeun qui lui lançaient injures et balles de neige.
3. Dans un film pour adultes, hiver 2015
Serait-il possible que Bonhomme Carnaval ait aussi envie de s'amuser sous la couette? C'est du moins ce qu'a suggéré la boîte de production de films pour adultes basée à Montréal AD4 Distribution dans un film XXX tourné à l'hiver 2015. Dans la parodie sexuelle, la vedette du Carnaval se met à la recherche de duchesses pour assouvir ses bas instincts. À noter, l'apparition d'un personnage surprise, «Labeauminable homme des neiges». 
4. Armé sur un roman policier, juin 2001
Dans son roman policier Les années fantômes, l'auteur originaire de Québec Pierre Brisset des Nos met en scène un trafiquant de cocaïne qui se déguise en Bonhomme Carnaval pour commettre ses crimes. En page couverture de l'ouvrage, le porte-parole de la fête d'hiver est illustré pointant un pistolet en direction d'une femme portant des talons hauts. Il n'en fallait pas plus pour faire réagir l'organisation du Carnaval, chatouillée de voir sa vedette populaire auprès des familles dépeinte ainsi. La maison d'édition Les Intouchables a reçu une injonction, et ses employés ont couru les librairies du Québec où avait été distribué le livre pour couvrir d'un bandeau noir toutes ses pages couvertures. Toute cette publicité a donné un coup de pouce aux ventes.  
5. À la une du magazine Maclean's, 4 octobre 2010
La une du magazine avait suscité un tel tollé dans la Belle Province que le premier ministre de l'époque, Jean Charest, avait même sommé l'éditeur Rogers de s'excuser auprès du Carnaval. L'image de Bonhomme transportant une valise débordant de billets se voulait une caricature pour illustrer le contenu d'un article décrivant le Québec comme étant la province la plus corrompue du pays. Mais pour l'organisation de la fête d'hiver, son pauvre personnage vedette n'y était pour rien! L'affaire s'est réglée à l'amiable, notamment avec des excuses dans un numéro subséquent. Le Carnaval avait cependant estimé que les retombées médiatiques négatives lui avaient fait perdre plus de 200 000 $.
En visite à l'école
De nombreuses écoles au Canada qui offrent des programmes d'immersion en français profitent de l'hiver pour recréer des mini-Carnaval et donner aux élèves un petit goût de la culture québécoise. Des Bonhomme font évidemment leur apparition, au grand plaisir des petits et des grands qui n'ont, de toute évidence, jamais vu l'original.