L'arrivée d'Yves Denis, Serge Pomerleau et Denis Lefebvre au palais de Justice.

Procès Écrevisse: les accusés réclament des conditions de détention assouplies

Les trois accusés du procès Écrevisse ont commencé à présenter leur requête mercredi pour faire assouplir des conditions de détention qui, plaident-ils, nuisent à leur défense.
<p>De gauche à droite, Yves Denis, Serge Pomerleau et Denis Lefebvre.</p>
Serge Pomerleau, Denis Lefebvre et Yves Denis, qui ont fait une cavale de deux semaines après avoir fui la prison d'Orsainville à bord d'un hélicoptère, se plaignent que leurs actuelles conditions de détention ne permettent pas de travailler efficacement à leur défense. Arrêtés en octobre 2010, ils sont accusés d'avoir dirigé un important réseau de vente de stupéfiants dans la région de Val-d'Or.
Il nous est impossible de rapporter les arguments des détenus puisque le débat s'est tenu hors de la présence du jury et est donc frappé d'une ordonnance de non-publication. Un consortium des médias demande toutefois à la cour de permettre d'expliquer les demandes des accusés ainsi que l'éventuelle décision du juge Louis Dionne.
Lorsque les trois détenus ont refait leur apparition en cour le 24 juin après avoir été arrêtés à Montréal, le juge Louis Dionne a suspendu deux de ses décisions qui leur accordaient certains privilèges afin de préparer leur défense.
Pomerleau, Lefebvre et Denis ne peuvent désormais plus se trouver ensemble dans les cours extérieures de la prison. Rappelons que l'hélicoptère venu les cueillir le 7 juin s'était posé au beau milieu d'une cour extérieure.
Serge Pomerleau n'a plus droit à un ordinateur portable dans sa cellule. Les trois hommes ont aussi retrouvé les menottes aux poignets en plus des chevilles en salle d'audience comme durant leurs déplacements.