À la sortie de la salle d'audience pour la pause du midi, Lise Thibault s'est arrêtée pour la première fois pour donner une entrevue aux médias.

Procès de Lise Thibault: la «tigresse» se vide le coeur

«Je crois en l'honnêteté du citoyen et de nos institutions. Mais qu'ils ne me prouvent pas le contraire, sinon ils vont voir la tigresse en moi.»
<p>Après des années d'attente, l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault était visiblement heureuse de commencer à témoigner lundi matin, à l'occasion de son procès pour fraude, au palais de justice de Québec.</p>
Après des années d'attente, l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault était visiblement heureuse de commencer à témoigner lundi matin, à l'occasion de son procès pour fraude, au palais de justice de Québec.
Au point où à la sortie de la salle d'audience pour la pause du midi, elle s'est même arrêtée pour la première fois pour donner une entrevue aux médias. 
Les accusations criminelles l'ont gardée dans le silence durant sept ans, fait-elle remarquer, d'un ton douloureux. Aujourd'hui, «je veux que la vérité se sache. Et la vérité va finir par sortir».
Après avoir été une femme engagée toute sa vie, Lise Thibault ne veut surtout pas, «après avoir tout donné», laisser l'impression d'une femme qui a entaché l'image d'une institution aussi importante que celle du lieutenant-gouverneur. «J'ai été honnête toute ma vie», martèle-t-elle.
Lise Thibault ajoute, en anglais, avoir toujours fait de son mieux. «J'étais applaudie par tous mes collègues lieutenants-gouverneurs des autres provinces à cause de la façon dont je faisais mon travail», fait-elle remarquer.
Mme Thibault affirme ne pas être déçue du rejet des requêtes de la défense, notamment celle sur l'immunité royale relative. «On a un juge très honnête, dit-elle. Je crois en l'honnêteté du citoyen et de nos institutions. Mais qu'ils ne me prouvent pas le contraire, sinon ils vont voir la tigresse en moi.»
Lise Thibault devrait témoigner au moins jusqu'à demain matin. Elle sera ensuite contre-interrogée.
Lettre de médecin en main, l'avocat de Lise Thibault, Me Marc Labelle, a obtenu que sa cliente de 75 ans, affaiblie par un accident vasculaire cérébral survenu en 2003, puisse témoigner par blocs de 45 minutes et bénéficier ainsi de brèves pauses. «Elle ne peut pas passer quatre jours à témoigner sans arrêt comme un témoin ordinaire», a indiqué Me Labelle.
Pour témoigner, Lise Thibault a fait installer son fauteuil roulant tout près de la table de greffière, bien en face du juge Carol St-Cyr. La septuagénaire parle d'une voix assurée, avec parfois des trous de mémoire. Elle hésitera notamment sur la durée de son mariage, «au moins 45 ans». «Ne vous en faites pas, il y en a que ça dure moins longtemps et ils ne s'en rappellent pas», la rassure Me Labelle, qui multipliera les blagues durant l'interrogatoire.
L'accusée raconte son parcours de vie depuis son enfance, évoquant l'accident de luge qui l'a blessée à l'âge de 10 ans et la grossesse extrêmement pénible qui allait la clouer à un fauteuil roulant.
En évoquant les principales étapes de sa longue carrière dans la politique, l'engagement communautaire et les médias, Lise Thibault parle parfois d'elle à la troisième personne du singulier. «Lise Thibault est devenue architecte», raconte-t-elle, en décrivant un de ses nombreux projets.
Pendant son témoignage, l'accusée garde en main des notes qui résument son parcours. Elle a couché sur papier le récit de sa vie pour le laisser en héritage à ses petits-enfants, expliquera-t-elle.
Pas d'immunité relative, tranche la juge St-Cyr
Le juge Carol St-Cyr a balayé une requête vitale pour la défense de Lise Thibault en rejetant sa demande d'immunité royale relative.
Selon la défense, Lise Thibault devait se voir accorder une immunité pour une large partie de ses dépenses parce qu'elle les a effectuées dans l'exercice de ses fonctions. La lieutenante-gouverneure n'avait plus de vie privée durant son mandat de 10 ans et était en fonction 24 heures sur 24, insistait la défense. 
Le juge Carol St-Cyr a rejeté cette requête de la défense, soulignant que «même si Mme Thibault pouvait être appelée à remplir ses fonctions à toute heure du jour ou de la nuit, elle n'était pas pour autant dans l'exercice de ses fonctions de façon constante». 
Le juge a toutefois indiqué qu'il aura besoin d'entendre la défense avant de décider si, parmi les dépenses identifiées par l'avocat de Lise Thibault, certaines remplissent les critères permettant d'accorder une immunité relative.
Au début des procédures criminelles, Lise Thibault avait échoué dans sa demande d'obtenir l'immunité royale absolue, basée sur le fameux principe «The Queen can do no wrong».
Une fonctionnaire 
Le juge Carol St-Cyr a aussi rejeté une requête de la défense qui plaidait que Lise Thibault n'était pas une fonctionnaire et ne pouvait donc être accusée d'abus de confiance à l'égard des gouvernements du Canada et du Québec.
Le juge St-Cyr considère lui que Lise Thibault correspond à la définition de fonctionnaire comme indiqué au Code criminel, soit une personne nommée pour remplir une fonction publique.
De plus, sur le site Internet officiel du cabinet, rappelle le juge St-Cyr, on décrit le lieutenant-gouverneur comme le «fonctionnaire exécutif en chef de la province».
Le statut de fonctionnaire fédéral est aussi clairement inscrit dans le guide d'information remis à tous les nouveaux lieutenants-gouverneurs, ajoute le juge.