Durant la saison régulière, Peyton Manning a permis à cinq joueurs différents de réussir au moins une dizaine de touchés chacun, du jamais vu dans l'histoire de la NFL.

Pour tous les goûts!

Peyton Manning (Denver), Tom Brady (Nouvelle-Angleterre), Philip Rivers (San Diego) et Drew Brees (La Nouvelle-Orléans) font partie du premier groupe, tandis que Andrew Luck (Indianapolis), Russell Wilson (Seattle), Cam Newton (Caroline) et Colin Kaepernick (San Francisco) forment la nouvelle garde.
Après avoir résumé les forces et les faiblesses des quarts des huit équipes ayant participé à la première ronde des séries, poursuivons dans la même voie en analysant les chances de Manning, Brady, Wilson et Newton de mener leurs formations respectives à la terre promise.
Impossible de commencer pareil exercice sans accorder une attention particulière à Manning, auteur de 55 passes de touché - un record de la NFL - au cours de la saison régulière combinées à des gains aériens de 5477 verges. Le numéro 18 des Broncos a permis cette saison à cinq joueurs différents - Demaryius Thomas (14), Knowshon Moreno (13), Julius Thomas (12), Eric Decker (11) et Wes Welker (10) - de réussir au moins une dizaine de touchés chacun, du jamais-vu dans l'histoire de la NFL.
Les joueurs des Broncos auront les noms de deux équipes en tête dimanche avant de sauter sur le terrain, alors qu'ils deviendront la dernière équipe à amorcer les séries. Manning et ses coéquipiers penseront encore aux Ravens de Baltimore qui leur ont joué un vilain tour, il y aura exactement un an dimanche, en les éliminant 38-35 en prolongation au Sports Authority Field. Une défaite que plusieurs joueurs des Broncos n'ont pas encore digérée!
Évidemment, les protégés de John Fox penseront aussi aux Chargers de San Diego, qui ont divisé les honneurs des deux matchs présentés contre les Broncos pendant le calendrier régulier. Deux duels où la défensive des Chargers a trouvé le moyen de ralentir la meilleure attaque de la NFL en misant sur une attaque au sol très efficace et en contrôlant l'horloge. Denver a inscrit 48 points lors de ces deux rendez-vous avec San Diego, ce qui n'a rien à voir avec leur moyenne de 37,9 points par match pour l'ensemble de la saison.
Brady moins bien entouré
Même si ses statistiques n'ont rien à voir avec celles de Manning, Brady (25 touchés, 4343 verges) a connu une saison exceptionnelle pour mener les Patriots au deuxième rang du classement de la Conférence américaine. Comme si l'absence de quatre de ces cinq cibles favorites de la saison précédente ne suffisait pas pour lui causer des maux de tête, il a pu compter sur l'appui du fragile Rob Gronkowski pendant seulement sept matchs, l'imposant ailier rapproché tombant de nouveau au combat au début de décembre après être finalement revenu au jeu à la mi-octobre.
Brady s'en est donc remis particulièrement à Julian Edelman (105 réceptions) pour camper le rôle occupé autrefois par Wes Welker. Et les Pats ont complété la saison en misant plus souvent qu'à l'habitude sur le jeu au sol, comme le démontrent leur moyenne de 168,3 verges gagnée de cette façon à leurs trois dernières sorties avec le costaud LeGarette Blount comme tête d'affiche.
Wilson au ralenti
Dans la Conférence nationale, Wilson a été montré du doigt pour la première fois depuis ses débuts à Seattle en 2012 en raison des ennuis offensifs éprouvés par les Seahawks dans le dernier droit de la saison. Les protégés de Pete Carroll ont encaissé une rare défaite à domicile aux mains de l'Arizona le 22 décembre et le jeune quart a été limité à quatre passes de touché contre trois interceptions à ses quatre dernières sorties, où il a complété seulement 57,8 % de ses passes.
Après les trois premiers mois de la saison, les bruyants fans des Seahawks scandaient le nom de Wilson pour mousser sa candidature pour le titre de joueur par excellence, mais ils ont cessé de le faire à compter de la mi-décembre.
Contrairement à Wilson, qui a ralenti en fin de saison, Newton a augmenté la cadence pour mener les Panthers de la Caroline à 11 victoires à leurs 12 dernières rencontres après un début de saison difficile. Le Superman des Panthers a lancé 24 passes de touché en 2013, un sommet en carrière, et il a aussi ajouté six touchés avec des gains de 585 verges au sol.
À sa troisième année dans la NFL, le premier choix au repêchage de 2011 participera dimanche face aux 49ers de San Francisco à son premier match éliminatoire.Peu importe que l'on préfère les quarts-arrières de la vieille école ou encore ceux de la nouvelle génération, les amateurs de football seront très bien servis en fin de semaine puisque les huit formations possédant encore des chances de participer au XLVIIIe Super Bowl en alignent quatre dans chaque catégorie.
**********************
À court de cartouches
L'ailier espacé Michael Crabtree (49ers de San Francisco) était tenu à l'écart du jeu quand les protégés de Jim Harbaugh se sont inclinés 10-9 devant les Panthers de la Caroline, le 10 novembre dernier, au Candlestick Park. Son coéquipier Vernon Davis ayant subi une commotion cérébrale en début de match, le quart-arrière Colin Kaepernick s'était rapidement retrouvé à court de cartouches en attaque. Le numéro 7 des 49ers a terminé cette rencontre avec seulement 11 passes complétées pour des gains ridicules de 91 verges, en plus d'être victime d'une interception et de six sacs de la part de la féroce défensive des Panthers, qui n'avait plus que le vétéran Anquan Boldin (trois passes captées) et le porteur de ballon Frank Gore (82 verges gagnées au sol) à surveiller.
Cam Newton, le vis-à-vis de Kaepernick, avait connu lui aussi un match difficile en complétant seulement 50 % de ses relais pour des gains de 169 verges. Réputé lui aussi pour sa mobilité, Newton avait été plaqué quatre fois derrière la ligne de mêlée par la brigade défensive des 49ers. Dimanche dernier, Crabtree en a fait voir de toutes les couleurs à la ligne tertiaire des Packers de Green Bay en captant huit ballons pour des gains de 125 verges dans une victoire de 23-20 au Lambeau Field.
Nouvelle approche
Les Seahawks de Seattle ont décroché leur laissez-passer pour les séries quand ils ont démoli les Saints de La Nouvelle-Orléans 34-7, le 2 décembre dernier, au Century Link Field. Afin d'éviter de se faire écraser de nouveau par la bande de Pete Carroll, les Saints tenteront peut-être d'établir le jeu au sol, comme ils l'ont si bien fait dans la première ronde des séries contre les Eagles de Philadelphie.
En l'absence de Pierre Thomas, Mark Ingram a gagné 97 verges au sol et il a été très efficace dans les derniers instants de la rencontre, alors que les Saints ont effectué huit courses pendant une séquence de 10 jeux pour écouler près de cinq minutes au cadran, tout en préparant le terrain pour le placement vainqueur de Shayne Graham. Du côté des Seahawks, le retour au jeu de l'ailier espacé Percy Harvin, qui n'a pris part qu'à un seul match pendant la saison, pourrait faciliter le travail du quart Russell Wilson.
Attaque au sol payante
Ryan Matthews a gagné 127 verges en 29 courses pour devenir le seul demi offensif à gagner plus de 100 verges contre Denver en 2013 quand les Chargers de San Diego ont vaincu les Broncos 27-20, le 12 décembre dernier. Les Chargers ont remporté leurs cinq derniers matchs - incluant leur duel de première ronde éliminatoire contre Cincinnati - en misant particulièrement sur le jeu au sol.
Pendant cette fructueuse période, les protégés de Mike McCoy ont gagné en moyenne 144 verges au sol par rencontre. De son côté, le quart des Chargers, Philip Rivers, a conservé jusqu'à maintenant une étonnante fiche de 6-2 en carrière face aux Broncos.