Pour que tout le monde parle du sport olympique

Les patineurs de vitesse Marie-Ève Drolet et Charles Hamelin, de retour de Sotchi avec leurs médailles, ont été invités à L'antichambre, émission de fin de soirée à RDS. Première intervention : «Charles, tu as eu la chance, dans le village olympique, d'être très près des joueurs de hockey canadiens...» Subtil.
Un indice que le hockey professionnel n'est jamais bien loin dans le coeur des amateurs et des journalistes du réseau DU sport. Les deux semaines d'attention aux deux ans pour les sports olympiques sont terminées, athlètes non hockeyeurs, vous pouvez retourner derrière les rideaux. On vous attend dans quatre ans! 
Pratiquez-vous en Coupe du monde et en championnats du monde, à l'abri des regards, et soyez prêts à répondre à nos attentes en février 2018. J'ironise, évidemment. J'estime au contraire que nous, fans et médias, sommes en partie responsables de cette pression qu'ils se mettent sur les épaules.
Erik Guay n'est pas monté sur le podium olympique pour nous prouver qu'il est un géant. Sa marque canadienne de 22 médailles en Coupe du monde de ski alpin parle d'elle-même. Pourtant, le skieur de Mont-Tremblant n'en démord pas, il lui faut cette médaille. Résultat : il n'a pas connu des JO à la hauteur de son talent, alors qu'il a gagné une descente à la fin décembre, et qu'il a refait le coup vendredi en Norvège. 
Scénario semblable pour Alex Harvey, qui a été dominant comme jamais un mois seulement avant les Jeux. De mauvais skis, des malchances et un manque de magie lui ont fait connaître une quinzaine de misère. En fin de semaine, il était de retour parmi le groupe de tête.
Je le redis, Dominique Maltais n'avait pas à se couvrir d'or à Sotchi pour laisser une marque indélébile sur l'histoire du sport canadien. Ses quatre Globes de cristal, bientôt cinq - j'ai confiance -, témoignent de son exceptionnel talent. N'importe qui clamant le contraire ne comprend rien aux sports olympiques.
En leur accordant plus d'attention, ils sentiront peut-être que leur cheminement vers la médaille olympique espérée a également une valeur à nos yeux. 
Quel beau plateau
Un vrai plaisir de voir quelques-uns de nos médaillés, dont nos trois de la région de Québec, Maltais, Kim Lamarre et Marie-Philip Poulin, sur le plateau de Tout le monde en parle (TLMEP), dimanche soir. Le rêve est de les y revoir avant 2018. 
Les médias ont leur rôle à jouer dans ce changement de valeurs, mais l'amateur de sports doit aussi faire sa part. Durant TLMEP, justement, certains ont déploré sur les médias sociaux l'absence des soeurs Dufour-Lapointe, se demandant pourquoi elles n'avaient pas été invitées. Elles se trouvaient en Coupe du monde au Japon. Les médias, dont Le Soleil, en ont parlé à pleines pages dimanche après que Justine et Maxime furent montées sur le podium. 
Et ça continue!
Depuis le 10 septembre, cette chronique hebdomadaire a été consacrée à nos athlètes de la région de Québec qui brilleraient à Sotchi. Cinq mois pour vous les présenter, pour suivre leurs performances et pour préparer ces deux intenses semaines. Le pari était de savoir si nous aurions le matériel pour tenir le coup durant toute cette période. Le problème aura finalement été de choisir, chaque semaine, de quel exploit nous parlerions.
C'est ainsi qu'En route vers Sotchi laisse la place à une nouvelle chronique hebdomadaire consacrée aux sports olympiques, mais sans date butoir cette fois. Nous continuerons de suivre nos athlètes et de vous amener un peu plus loin que la fiche de résultats. Du même élan, Le blogue olympique sera rebaptisé Le blogue du sport olympique et continue sa vie.
Une nouvelle aventure commence pour ce chroniqueur, une occasion de partager ma passion et de rester, d'une certaine façon, immergé dans ce fascinant monde olympique.