Bien que déçu, Simon Pouliot-Cavanagh avait le coeur léger, heureux de renouer avec la compétition.

Pouliot-Cavanagh termine 24e en Coupe du monde

Simon Pouliot-Cavanagh a dû se contenter d'une 24e place, samedi, à son grand retour en Coupe du monde, après un an d'absence. Bien que déçu, le bosseur de 26 ans avait le coeur léger, tout simplement heureux de renouer avec la compétition.
Impression de déjà-vu pour l'athlète de L'Ancienne-Lorette, samedi soir. La piste de Ruka, pittoresque station située au nord de la Finlande, est la dernière sur laquelle il avait skié dans le cadre d'une épreuve internationale, le 12 décembre 2015.   
Une semaine avant d'entreprendre la seconde étape de la Coupe du monde le mois de janvier suivant, Pouliot-Cavanagh avait pris la sage, mais difficile décision de mettre un terme à sa saison. Affligé par des maux de dos depuis des mois sans en connaître la cause, il apprenait un peu plus tard qu'il souffrait d'une hernie discale. La pause aura donc été salutaire. 
Un an presque jour pour jour depuis sa dernière course, il était finalement de retour sur la ligne de départ, samedi, et cette fois sans appréhension ni crainte de voir ressurgir les vilains spasmes. «J'étais très fébrile. [...] J'ai eu beaucoup de plaisir et je suis super content d'être de retour», a-t-il confié en entretien téléphonique avec Le Soleil.   
Le résultat n'a toutefois pas été à la hauteur de ses émotions, ni de ses attentes. Le sympathique skieur acrobatique n'a pas réussi à atteindre les finales, prenant le 24e rang au terme de la compétition. De précieux points lui ont été retirés en raison d'une erreur d'atterrissage sur le premier saut. «Malheureusement pour moi, ça n'a pas été comme je le voulais et ce n'est pas le résultat voulu, ça c'est certain», a-t-il dit. «C'est un début difficile.»
La 24e place est d'autant plus décevante qu'il s'était hissé en 10e position à Ruka l'an dernier, même amoché. «Mais je ne m'en fais pas avec une seule course», a-t-il poursuivi avec optimisme. Pouliot-Cavanagh se sent en pleine forme et ce n'est pas cette première étape de la Coupe du monde 2017 qui va l'empêcher d'atteindre ses objectifs. 
«Si je me fie à la façon dont j'ai skié [en camp d'entraînement] et à mes sauts, je suis [en meilleure condition] qu'au moment où je me suis retiré l'an dernier. C'est super encourageant pour la saison», a-t-il insisté. Celui qui a terminé sixième du classement de la Coupe du monde il y a deux ans entend répéter pareille performance cette année, voire mieux. Son intention est de bâtir un momentum en prévision des Jeux d'hiver de 2018.
Kingsbury en or, Marquis 6e
Le Québécois et champion du monde Mikaël Kingsbury a défendu son titre à Ruka, samedi, devançant l'Australien Matt Graham et le Français Benjamin Cavet. Philippe Marquis, jamais bien loin d'un podium, a terminé en sixième position.
Chez les femmes, la skieuse de Val-Bélair Audrey Robichaud a complété l'épreuve au neuvième rang. La meilleure performance canadienne est allée à Justine Dufour-Lapointe, en cinquième place.
La prochaine étape de la Coupe du monde en bosses aura lieu à Lake Placid, le 13 janvier.