Philippe Marquis a terminé derrière l'inamovible Mikaël Kingsbury.

«Plus sage», Philippe Marquis finit deuxième

Laissé au pied du podium il y a une semaine à Val Saint-Côme, Philippe Marquis a su tirer profit d'une stratégie «plus sage», samedi, pour prendre la deuxième place de l'épreuve de bosses de la Coupe du monde de ski acrobatique de Calgary.
«C'est une énorme journée pour moi», se réjouissait Marquis après la compétition, disputée dans des conditions ardues. Troisième après les qualifications, le skieur de Québec n'a été devancé en super finale que par son coéquipier Mikaël Kingsbury, qui a signé sa troisième victoire en trois épreuves cette saison. 
«C'était des conditions un peu comme au printemps, la piste était glacée, et le parcours de Calgary est reconnu comme difficile. Ça n'allait pas bien à l'entraînement», a expliqué Marquis, fier d'avoir su se ressaisir dans les circonstances. «J'y ai été morceau par morceau. J'ai dû me concentrer et m'appliquer davantage.»
Sans regretter les risques pris la semaine dernière sur le parcours de Val Saint-Côme, où il a pris le quatrième rang, Marquis se félicitait d'avoir fait preuve d'un peu plus de sagesse samedi. «C'est l'expérience et la maturité qui payent. Aujourd'hui, ce qui est bon, c'est le processus. J'ai pris de bonnes décisions et les résultats sont là.»
Le mur Kingsbury
Battu par à peine 1,12 point (81,63 à 80,51) par Kingsbury, Marquis ne se trouvait pas exactement en terrain inconnu. Le scénario avait été le même l'an dernier à l'épreuve de bosses en parallèle des Championnats du monde. Au classement cumulatif de la Coupe du monde cette saison, il est également deuxième derrière le champion en titre de trois ans son cadet. 
C'est la dure réalité d'appartenir à la même génération du skieur le plus titré de l'histoire de la Coupe du Monde de ski acrobatique. Il s'agissait d'ailleurs d'un sixième triomphe consécutif à Calgary pour Kingsbury.
Si Marquis ne cache pas que la situation peut être frustrante par moment, il explique avoir appris, avec le temps, à passer par-dessus.  «C'est toujours crève-coeur de perdre en finale, mais mentalement, je suis maintenant capable de tourner la page rapidement et de revenir plus fort. Je sens que je chauffe Mikaël, je suis gonflé à bloc pour la semaine prochaine.»
Du côté féminin, l'étape de Calgary n'aura servi qu'à asseoir la domination canadienne. Après le triplé des soeurs Dufour-Lapointe à Val Saint-Côme, Chloé et Justine ont à nouveau pris les deux premiers rangs, samedi, Andi Naude complétant le podium canadien. 
Audrey Robichaud (Québec) a pris le cinquième rang, son meilleur résultat cette saison, devançant Maxime Dufour-Lapointe.