Pauline Marois, qui était à Laval pour le Conseil national du Parti québécois.

Plateforme du PQ: nouvel engagement, zéro surprise

La plateforme électorale du Parti québécois (PQ) ne viendra pas prendre par surprise les électeurs. Elle ne contient qu'un seul nouvel engagement. Il provient d'une suggestion émise par la députée indépendante Fatima Houda-Pépin lorsque les libéraux l'ont reniée, il y a trois semaines.
Samedi, à Laval, dans la banlieue nord de Montréal, quelque 700 militants péquistes ont adopté le programme que défendra en campagne électorale la formation que dirige Pauline Marois. L'exercice s'est fait comme le veut la tradition à huis clos. Le document a été voté à l'unanimité.
Dans son allocution, la chef Marois a pris soin de mentionner qu'elle se réserve la prérogative d'énoncer au cours des prochains jours des «engagements précis. Cette plateforme ne contient pas tout le programme de notre parti, bien sûr».
La charte de la laïcité, qui est endossée par une majorité de francophones, selon les sondages, occupe le premier rang dans la liste de dossiers énumérés. La nouvelle promesse s'y trouve.
Lutte contre l'intégrisme
«Nous sommes déterminés», indiquent les auteurs, en reprenant le slogan de campagne, «à mettre sur pied un centre de recherche sur les crimes dits d'honneur et la lutte à l'intégrisme». Il s'agit d'une recommandation mise de l'avant par la libérale indépendante Fatima Houda-Pépin. Dès qu'elle l'avait formulée, le ministre Bernard Drainville s'était montré ouvert à l'envisager.
Un des engagements de la précédente course électorale de 2012 a disparu. Pour «protéger l'avenir du français au Québec», il n'est plus question d'élargir l'application de la loi 101 aux cégeps. Cette disposition fait toujours partie du programme du PQ, mais il a été évacué de la plateforme, comme l'indiquait Le Soleil, cette semaine.
Des promesses portent sur le thème Prendre soin de son monde. Mais il n'est pas mention d'exclure les pensions alimentaires des prestations d'aide sociale que touchent des mères monoparentales. Ce projet a souvent été évoqué depuis que le PQ a pris le pouvoir, il y a 18 mois.
Le programme porte sur de grandes orientations, sans trop les préciser. Par exemple, pour «faire rayonner la capitale», le document évoque notamment, en termes vagues, la «nécessité de poursuivre les efforts d'allégement dans les structures de gouvernance».
Les promesses ne reviennent pas sur des annonces précises, effectuées ces dernières, comme les subventions et les prêts de l'État à la mégacimenterie de Port-Daniel, en Gaspésie.