L'Australienne Torah Bright s'amuse comme une folle en voyageant aux quatre coins de la planète pour vivre pleinement sa passion en snowboard.

Planche à neige: Torah Bright en quête du triplé olympique

Torah Bright ne connaît pas plus que le nom de l'endroit où elle se produit, ni parfois même le jour où elle s'y trouve. Mais l'incroyable voyage qu'elle a entrepris sur sa planche à neige il y a un an tire bientôt à sa fin. Et elle s'est amusée comme une petite folle!
L'Australienne de 27 ans arrive d'Andorre, enclave entre la France et l'Espagne. Pour venir à Québec, elle est passée par Barcelone, Lisbonne, Newark et Montréal. Après les épreuves de Stoneham, elle se rendra à Aspen, au Colorado, pour les X Games, où elle a déjà triomphé deux fois. Puis ce sera Sotchi, en Russie. Les Jeux olympiques commencent dans trois semaines.
Championne olympique de demi-lune en 2010, Bright s'est mise en tête de devenir la première planchiste de l'histoire à participer à trois épreuves olympiques. Après la demi-lune, pour ses troisièmes Jeux, et le slopestyle, nouveau dans la famille olympique, elle s'essaie aussi en snowboardcross.
Conseils de frérot
«Mon frère m'avait suggéré l'idée il y a trois ans, mais j'avais ri de lui. Si je l'avais écouté tout de suite, je serais sûrement mieux préparée aujourd'hui!» a-t-elle expliqué, mercredi en fin de journée, attablée au café de l'hôtel Hilton Québec.
Benjamin Bright est son frérot, mais surtout son entraîneur. Il a été vice-champion d'Australie en demi-lune et en big air en 2003. Il conseille maintenant sa célèbre soeurette. Et elle finit par suivre ses conseils, comme le démontre les 10 départs de Torah en snowboardcross au cours des 12 derniers mois. D'une course du circuit nord-américain jusqu'à sa huitième position en Coupe du monde de Vallnord-Arcalis, dimanche dernier.
Mais avec l'annulation de l'étape de Veysonnaz, en Suisse, en fin de semaine, elle n'a pas pu se hisser parmi les 24 meilleures au classement mondial, le critère olympique. Elle pointe 28e. À moins d'une dérogation, ce qui n'est pas exclu, Bright pourrait devoir dire adieu à son triplé historique. Elle sera fixée lundi.
«En tout cas, ç'a été toute un virée! J'ai adoré mon temps en cross. J'ai retrouvé le plaisir de faire de la planche, alors je suis contente, peu importe l'issue», lance-t-elle, sereine. «Je ne fais pas juste retourner gagner l'or en demi-lune, je me mets au défi plus que jamais. Et si je n'aimais pas ça autant, ce serait impossible, parce que c'est trop de travail!»
Gagner pour soi
Cette épopée constitue une façon de partager son sport avec le monde, dit-elle. De redonner un peu de cette vie de rêve que le snowboard lui a donnée. Cette passion qui l'a menée de son village natal australien de Cooma, bled rural logé entre mer et montagne, jusqu'au statut de planchiste professionnelle dès l'âge de 15 ans, établie à Salt Lake City et commanditée par la collection de vêtements pour filles Roxy.
En 2010, à Vancouver, elle a gagné pour sa famille, ses amis, l'Australie. «J'ai accompli tout ce que les autres attendaient. Mon pays veut que je rapporte une autre médaille d'or, mais cette fois, j'y vais pour moi. Ma carrière ne se définit pas par une performance une fois tous les quatre ans. Gagne ou perd, je vais m'amuser!»
À son menu cette fin de semaine: slopestyle. Elle a essayé la demi-lune, mercredi, «mais c'est trop glacé». Elle est ici pour défendre sa place parmi les 24 meilleures au classement mondial du slopestyle, donc sa qualification pour Sotchi.
*****
HORAIRE
Jeudi
Stoneham
9h50-11h:  demi-lune, qualifications femmes
11h50-13h15: demi-lune, qualifications hommes
Québec, îlot Fleurie: 19h40-20h30:  big air, qualifications hommes; 21h10-22h: big air, qualifications hommes