Steven Blaney

Pipeline Énergie Est: Blaney ignore où logent les Québécois

Le ministre sortant et candidat dans Lévis-Bellechasse, Steven Blaney, ignore si les Québécois sont en faveur ou s'opposent au projet de pipeline Énergie Est.
«Je n'ai pas d'opinion là-dessus» a fini par laisser tomber M. Blaney lorsque questionné à multiples reprises sur le sujet. Le candidat conservateur avait convoqué la presse en début d'après-midi pour faire le bilan de son mandat dans sa circonscription et lancer médiatiquement sa campagne.
Son premier objectif au cours de celle-ci est de démontrer que les valeurs conservatrices sont québécoises et vice-versa, a-t-il affirmé.
Interrogé à savoir si le projet de pipeline de TransCanada respectait les valeurs québécoises, Steven Blaney a d'abord répondu que son gouvernement avait resserré les normes de navigation et de transport concernant les hydrocarbures. Puis il a soutenu que le Québec avait connu une tragédie horrible à Lac-Mégantic et que le transport par pipeline était plus sécuritaire que celui par train. 
Mais le député sortant a été incapable de fournir une réponse claire. Il a cependant tenu à préciser que les électeurs de Beaumont sur la Rive-Sud avaient voté conservateur malgré le projet Rabaska qui a été abandonné et contre lequel il y a eu une importante levée de boucliers. «C'est normal d'avoir des points de vue partagés», a-t-il concédé. 
Le mouvement d'opposition au projet d'oléoduc Énergie Est s'est intensifié au cours des derniers mois dans la région de Québec. Deux nouveaux comités de citoyens ont vu le jour au printemps sur la Rive-Sud et à l'île d'Orléans, ce qui porte à une demi-douzaine le nombre de ces regroupements dans les environs.
Au cours de la dernière année, un terminal pétrolier prévu à Cacouna, dans un secteur considéré comme une «pouponnière à bélugas», a provoqué une énorme levée de bouclier avant d'être laissé de côté par l'entreprise.