La Brésilienne Dom La Nena et le Britannique Piers Faccini.

Piers Faccini et Dom La Nena: symbiose parfaite

Rarement a-t-on vu deux artistes dans une symbiose aussi parfaite que le Britannique Piers Faccini et la Brésilienne Dom La Nena samedi soir à la salle D'Youville du Palais Montcalm. Les deux Français d'adoption ont livré au public un spectacle tout en subtilité et riche en émotion dans les quatre langues des Amériques.
Il faut dire que le guitariste et la violoncelliste sont de proches collaborateurs depuis quelques années, participant à leurs projets respectifs. Le spectacle de samedi les voyait cependant partager la scène à parts égales, aucun des deux artistes ne servant de faire-valoir à l'autre.
Généralement en duo, parfois en trio avec l'excellent batteur italien Simone Prattico et quelquefois en solo, Faccini et La Nena ont rapidement mis le public dans leur poche, l'un avec sa voix chaude et son habileté à la guitare, l'autre avec sa douceur et sa fragilité autant qu'avec l'adresse avec laquelle elle manie l'archet ou fait parler les cordes de son instrument en utilisant le pizzicato.
Dans toutes les langues
En anglais, en espagnol, en portugais et en français, toutes les pièces touchaient la cible. «Moi, je suis comme vous et j'aime beaucoup les langues, et je voulais vous montrer que le français, moi aussi, je peux l'utiliser de temps en temps», a confié Faccini après avoir chanté Reste la marée, la première chanson dans la langue de Molière qu'il ait gravée sur un album.
Et impossible de ne pas craquer pour Dom La Nena, pour son sourire contagieux, pour l'émotion à fleur de peau qu'elle transmet avec sa voix et ses doigts et pour sa facilité à séduire le public et à l'amener à chanter avec elle.
Son interprétation de Start a War du groupe américain The National était particulièrement réussie, tout comme Golondrina, l'une de ses plus récentes compositions durant laquelle on aurait entendu une mouche voler.
Le public a même eu droit à Vivo, une pièce que le duo interprétait pour la première fois en spectacle et où les deux vedettes se donnaient la réplique. Les spectateurs ont été conquis et ont accordé deux ovations à Faccini et La Nena, la deuxième après une superbe interprétation en duo de Con Toda Palabra de la regrettée chanteuse Lhasa De Sela, interprétée en rappel et qui venait clore la soirée de belle façon.