Toujours aussi charmant et drôle, dans son personnage de dandy un peu cynique et sarcastique, Pierre Lapointe a allègrement pigé dans ses plus vieux succès.

Pierre Lapointe: électrisant, décoiffant... Punkt!

L'Impérial de Québec s'est chargé d'une tension électrique, jeudi, pour accueillir la tournée Punkt! de Pierre Lapointe. La salle était remplie à craquer de fans en délire devant l'auteur-compositeur-interprète qui s'est pointé sur scène, fidèle à son habitude, dans un costume - plutôt un pyjama - flamboyant.
«Calmez-vous, calmez-vous, c'est juste le début du show!» a lancé Lapointe à ses fans survoltés. Il a ensuite promis de décharger, avec ses musiciens, toute l'énergie sexuelle accumulée en tournée.
Toujours aussi charmant et drôle, dans son personnage de dandy un peu cynique et sarcastique, Pierre Lapointe a allègrement pigé dans ses plus vieux succès (Le colombarium, Qu'en est-il de la chance, Le bar des suicidés) en les parant d'un nouvel habillage délicieusement rétro.
Les joyeux synthés ont la cote dans Punkt! Son univers déjanté a rapidement mis le feu aux poudres avec Nu devant moi et La tempête arrive, notamment. Mais Lapointe n'a pas tardé a montrer son côté doux avec les acoustiques Nos joies répétitives et Tel un seul homme.
Et puis il a entrepris, dans le même mode, mais dans une tout autre ambiance, de «nous expliquer l'acte sexuel de façon explicite» avec la bien nommée La sexualité. Il n'y a bien que lui pour que ça passe d'une façon aussi naïve et amusante! C'était sans compter son introduction de L'étrange route des amoureux, où il a raconté son fameux baiser avec Michèle Richard dans le vidéoclip réalisé par Les Appendices.
Au moment d'écrire ces lignes, Pierre Lapointe revenait pour un rappel avec une couronne sur la tête interpréter dans un tonnerre Deux par deux rassemblés. Le balcon en tremblait. Un spectacle carrément jouissif - c'est le cas de le dire. Rassurez-vous, personne ne s'est déshabillé.
Premières parties
Safia Nolin s'est pointée sur scène en premier pour présenter ses chansons folk en formule trio. Une voix et une plume magnifiques qui promettent. On espère déjà le premier album de la limouloise et ses «chansons tristes» qui ne sont pas du tout tristes à écouter.
C'est un autre de Limoilou, Philémon Cimon, qui s'est amené sur les planches tout juste après. Il avait des fans dans la foule, et il en a sûrement conquis de nouveau, notamment avec ce duo spontané en compagnie de Safia Nolin sur Je veux de la lumière. Ses guitares lourdes et entraînantes couplées à des envolées vocales ont servi de très belle entrée en matière à Pierre Lapointe.