Pauline Marois et son nouveau candidat dans Saint-Jérôme, Pierre Karl Péladeau

Pierre Karl Péladeau: des ponts coupés, mais des actions toujours en poche

En faisant le saut en politique, la journée où il a acheté sa carte de membre du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau a pris la précaution d'annoncer qu'il a coupé les ponts avec ce qui pourrait le placer en situation de conflit d'intérêts. Il ne vendra pas Québecor et ne se départira pas de ses actions.
«J'ai remis ma démission, ce matin, à tous mes postes électifs et de dirigeant», a-t-il répondu à sa première question comme politicien. Cela vaut pour la présidence du conseil d'administration d'Hydro-Québec; le poste semblable au C. A. de TVA; et pour sa vice-présidence au conseil d'administration de Québecor.
M. Péladeau a précisé qu'il demeurera actionnaire de contrôle, mais qu'il placera ses actions dans une fiducie sans droit de regard, conformément aux instructions qu'il recevra du Commissaire à l'éthique. Il a confirmé qu'il donnera ordre de ne pas vendre Québecor pendant le temps qu'il passera en politique. «Je ne vois pas de conflit d'intérêts.»
Pierre Karl Péladeau a suggéré qu'il ne s'attend pas à ce que les médias qu'il a dirigés aident sa candidature ou lui nuisent. «Les médias de Québecor ont toujours été reconnus pour leur indépendance» éditoriale.
La FPJQ «inquiète»
Par ailleurs, le saut du magnat des médias dans l'arène politique est «inquiétant», selon le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Pierre Craig. «C'est toujours inquiétant»,a-t-il laissé tomber. «Et c'est pas parce que c'est Péladeau ou Québecor. Il y a des propriétaires, des magnats de la presse, qui sont susceptibles de sauter en politique, et ce sera toujours inquiétant.»
Pierre Craig estime que les membres de la presse devront avoir à l'oeil le comportement de Pierre Karl Péladeau et ses relations envers l'empire qu'il a bâti. «On doit surveiller ça de près», insiste le président de la FPJQ, qui dit avoir confiance dans le professionnalisme de ses collègues. «Mais c'est sûr que la FPJQ va surveiller ça de près, vérifier si tout se passe dans la liberté de presse pleine et entière.»
Pierre Craig salue par ailleurs le fait que Pierre Karl Péladeau ait démissionné de toutes ses fonctions reliées à Québecor ou à Hydro-Québec. «C'est vraiment le minimum auquel on devait s'attendre, et il l'a fait.» En dépit du fait qu'il abandonne tous ses titres en tant qu'homme d'affaires, Pierre Karl Péladeau demeure l'actionnaire de contrôle de Québecor.