Safia Nolin

Personnalités artistiques de l'année (1)

Nous avons craqué pour leur talent au cours des 12 derniers mois. Combattants, ils ont, chacun à leur manière, défoncé des portes pour faire avancer leur art et parfois même la société. Regard sur cinq personnalités de Québec que nous avons particulièrement pris plaisir à voir évoluer. Aujourd'hui: Safia Nolin et Chloé Robichaud
Safia Nolin
Entre les honneurs et la controverse, l'année qui s'achève en aura été une d'extrêmes pour Safia Nolin. Lauréate du prix Félix-Leclerc et du Félix de la révélation de l'année de l'ADISQ, l'auteure-compositrice-interprète qui a grandi à Limoilou - elle a d'ailleurs emprunté le nom pour baptiser son premier album - a reçu une bonne dose de reconnaissance en 2016.
Mais elle a aussi encaissé son lot de critiques: des jeans, un t-shirt de Gerry Boulet et quelques gros mots lancés au gala de l'ADISQ lui ont attiré les foudres de certains médias et les commentaires haineux de nombreux internautes. Qu'à cela ne tienne, la musicienne, qui a récemment lancé un minialbum de reprises, persiste et signe en fin d'année: réinterprétée par l'illustratrice Stéphanie de Sève, sa photo officielle nous la montrant un doigt dans le nez s'est retrouvée sur des t-shirts vendus en appui au Camp rock pour filles de Montréal.
Retour sur une année contrastée avec la principale intéressée.
Quel est ton meilleur souvenir de 2016?
Quand j'ai chanté avec Marie Carmen et mes amis [Sarah Bourdon, Les soeurs Boulay, Ariane Brunet et Elliot Maginot] au Club Soda. Il y a vraiment beaucoup d'énergie qui a passé. C'est un moment mémorable. Et Marie Carmen était full touchée. C'est la personne la plus gentille au monde.
Ton coup de coeur cette année?
Philémon Cimon. Je l'aime tout le temps, c'est mon coup de coeur de la décennie. Je l'aime parce qu'il écrit pas mal les meilleures chansons au Québec. Je trouve qu'il écrit des affaires très deep. Et il chante comme un petit oiseau.
Une déception en 2016?
Je n'en ai pas vraiment. Mais si je devais en trouver une, ça serait sûrement le gala de l'ADISQ et la controverse qui a suivi. Quoique ce n'est pas tant une déception parce que même la controverse a valu la peine. J'ai trouvé ça rough au début, mais ça a soulevé des débats et des gens ont réalisé qu'il y a un double standard gigantesque [dans l'industrie]. C'était nécessaire pour moi de passer par là pour apprendre quelque chose. Je suis plus déçue qu'ils aient vendu la tour de Radio-­Canada et que Donald Trump ait été élu.
Qu'est-ce que te réserve 2017?
Du repos et de la bouffe bio. J'ai des spectacles jusqu'au mois de septembre et je retourne en France à l'été.
Ce que tu souhaites pour Québec?
Moins de radio poubelle... Surtout moins de Radio X.
Chloé Robichaud
Chloé Robichaud
Chloé Robichaud a lancé son deuxième long métrage en 2016. Pays, un film courageux qui met en vedette trois femmes, succède à Sarah préfère la course (2013). La réalisatrice native de Québec a eu l'honneur de présenter son film en première québécoise à la sixième édition du Festival de cinéma de la ville de Québec.
Ton meilleur souvenir de 2016?
Faire l'ouverture du Festival de cinéma de la ville de Québec avec mon film Pays aura vraiment été un moment particulier dans ma carrière. C'était très émouvant de lancer mon film devant ma famille et ceux et celles qui m'ont encouragée à mes débuts. C'était un bel honneur, j'en garde de merveilleux souvenirs.
Ta déception de 2016?
L'élection de Donald Trump.
Ton coup de coeur artistique 2016?
J'ai découvert Virginie Fortin comme comédienne sur le tournage de la série Trop pour laquelle j'ai réalisé cinq épisodes l'été dernier. Virginie a un talent brut, une authenticité très rafraichissante. Et puis je l'ai vue pour la première fois cette année sur la scène dans l'un de ses spectacles d'humour. Je la trouve pertinente, intelligente, frondeuse.
Ce que te réserve 2017?
Pour l'instant, beaucoup de voyages... Pays est en sélection dans plusieurs festivals internationaux, je vais l'accompagner à quelques endroits. Je pense en profiter pour écrire de nouveaux projets. Je trouve les aéroports toujours très inspirants.
Ce que tu souhaites à Québec pour 2017?
Que le Festival de cinéma de la ville de Québec reçoive tous les appuis dont il a besoin pour continuer d'exprimer tout son immense potentiel.