Le chef du PQ, Pierre Karl Péladeau, était en visite à Sept-Îles, mardi.

Péladeau pas ébranlé par les difficultés du Bloc

Les difficultés du Bloc québécois à gagner la faveur des électeurs du Québec n'ébranlent pas le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, qui lui réitère son appui coûte que coûte.
«On ne peut regretter quoi que ce soit lorsqu'on partage le même objectif, soit celui de faire du Québec un pays et de défendre l'intérêt des Québécois», a-t-il martelé en point de presse, de passage à Sept-Îles. «Ici, au Parti québécois, nous sommes derrière le Bloc québécois [...] et ça va se poursuivre jusqu'à la fin de la campagne.»
Un sondage de la firme Abacus dévoilé mardi plaçait le Nouveau Parti démocratique largement en tête au Québec avec 44 % des intentions de vote, malgré une perte de trois points. Les libéraux auraient bénéficié de ce léger recul pour grimper à 23 % tandis que conservateurs et bloquistes font du surplace à 13 %.
Le chef péquiste n'a cependant pas voulu s'avancer sur la stratégie bloquiste, qui ciblerait une trentaine de circonscriptions sur 78, dont Manicouagan sur la Côte-Nord. «Ce n'est pas moi qui fais les stratégies de la campagne du Bloc québécois, c'est à eux de déterminer ce qu'ils entendent faire. Ce que je peux dire, nous serons derrière eux», a brièvement commenté M. Péladeau. 
Plus tôt, Gilles Duceppe a précisé que cette approche stratégique précédait son retour à la tête du parti, en assurant qu'il était déterminé à faire campagne à travers tout le Québec.