Des officiers de police couvrent leurs visages.

Pékin fête Noël dans le smog

Un blanc compact recouvre les rues et estompe les immeubles : le jour de Noël, Pékin s'est réveillée non pas sous la neige, mais plongée dans une épaisse couche de brouillard polluant, d'une nocivité 25 fois supérieure aux plafonds recommandés.
Le smog à l'âcre odeur de charbon réduisait la visibilité à guère plus d'une centaine de mètres, sans que la Municipalité de Pékin ait à nouveau décrété une «alerte rouge» à la pollution atmosphérique.
La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre, particulièrement dangereuses car elles pénètrent profondément dans les poumons, a atteint vendredi 620 microgrammes par m3, selon les relevés de l'ambassade américaine, un chiffre très au-dessus du seuil maximal de 25 microgrammes recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour une exposition de 24 heures.
«Comment le père Noël pourrait-il retrouver son chemin vers Pékin?» ironisait un internaute sur la plateforme de microblogues Weibo, où se multipliaient les clichés dystopiques de silhouettes d'immeubles à peine discernables, s'évanouissant dans le brouillard toxique.
Circulation interrompue
La circulation a été interrompue sur certaines autoroutes périphériques, et le trafic aérien était fortement perturbé.
Plus de 500 vols intérieurs et internationaux au départ ou à l'arrivée de Pékin ont été «annulés» faute de visibilité, a annoncé l'aéroport principal.