Pauline Marois et Dominique Payette en 2014

Pauline Marois à la défense de Dominique Payette

Alors qu'a été rendue publique lundi matin l'étude de Dominique Payette portant sur les médias d'information à Québec, Pauline Marois s'est portée à la défense de celle qu'elle a mandatée pour réaliser l'étude, et dont la crédibilité et l'impartialité ont été remises en question par les animateurs de certaines stations de radio commerciales à Québec.
«Dominique Payette n'a pas à défendre sa réputation. Je pense qu'elle est bien faite», a lancé ce matin Pauline Marois à l'émission Médium large d'ICI Radio-Canada Première.
«C'est quelqu'un qui a une crédibilité, qui a une solidité dans toutes ses capacités d'analyse. [...] Elle fait une démonstration qui, à mon point de vue, peut être qualifiée d'objective.»
Certaines stations de radio commerciales de la région de Québec accusent Mme Payette d'avoir produit ce rapport pour se venger des nombreuses critiques faites sur leurs ondes à l'endroit du Parti québécois. Plusieurs reprochent également à Mme Payette, candidate péquiste dans Charlesbourg aux élections de 2014, d'être subjective dans cette affaire, elle-même ayant attribué une part de sa défaite électorale aux «radios de Québec».
À l'émission de Catherine Perrin, Mme Marois rappelle avoir commandé cette étude car la question des médias d'information à Québec la préoccupe depuis longtemps. «J'avais le sentiment qu'il s'était développé un climat malsain de confrontation un peu gratuite, où certains groupes étaient pris à parti, étaient même attaqués. Des propos gratuits, à la limite de ce qui est violent, et à mon point de vue, inacceptables.
«Je suis heureuse d'avoir permis d'amorcer une réflexion sur un sujet aussi important et je me réjouis de la qualité et du sérieux de la recherche qui m'a été remise. J'espère qu'elle sera utile pour toutes celles et ceux qui s'intéressent à la compréhension des environnements médiatiques dans la région de la Capitale-Nationale», a-t-elle ajouté par voie de communiqué.
À savoir si Dominique Payette devrait défendre son rapport sur les radios privées de la région, Pauline Marois répond : «C'est son choix, mais son combat est perdu d'avance.»
Pour lire l'étude L'information à Québec : un enjeu capital : http://bit.ly/1QdbHhx