Folk-rock, Le feu de chaque jour, de Patrice Michaud

Patrice Michaud: trempé dans le rock ***1/2

Dès les premières secondes de ce deuxième album, on entend le changement... Patrice Michaud jette toujours son ancre en territoire folk, mais la corde est assez longue pour faire flotter son bateau dans une énergie plus rock.
Les guitares, celles du réalisateur Andre Papanicolaou, laissent une couleur marquée dans le paysage de Michaud, qui insuffle une dose de vitamines à ses mélodies. Mécaniques générales, le premier extrait souriant et up-tempo, a donné le ton. D'autres titres maintiennent la cadence : Le crash du Concorde, un vieux rock'n'roll qui pastiche Elvis Presley en chantant la fin du monde; Le feu de chaque jour au piano frondeur (celui de François Lafontaine) et à l'heureux mariage vocal avec Salomé Leclerc; Quand tu r'viens à maison à la délicieuse envolée cuivrée signée Benoît Paradis. Michaud trempe sa plume dans un quotidien qui n'est pas toujours le sien : la paternité, la guerre, l'amour qui enivre ou qui se casse. Et comme pour l'album précédent, il se réserve un texte à déclamer, La faille de San Andreas, aussi beau que tragique.