Me Khuong a été arrêtée à Laval en avril 2014 à la sortie d'un magasin Simons, avec deux jeans impayés. Elle avait alors plaidé l'erreur de bonne foi et elle n'a pas été accusée.

Pas de nouvelles élections au Barreau

Les membres du conseil d'administration du Barreau du Québec, durement critiqués par les partisans de la bâtonnière suspendue Lu Chan Khuong, rejettent l'idée de tenir de nouvelles élections pour les administrateurs de l'ordre professionnel plongé dans la tourmente.
La non-judiciarisation d'une plainte pour vol à l'étalage contre la nouvelle bâtonnière n'en finit plus de faire des vagues.
Dans une lettre envoyée mardi aux 25 500 avocats québécois, le vice-président du conseil d'administration, Louis-François Asselin, réagit notamment à un éditorial paru dans Le Devoir de samedi.
«De nouvelles élections sont nécessaires non seulement à la présidence, mais aussi au CA. Sinon, l'Office des professions devra intervenir afin de rétablir l'ordre dans ce panier de crabes», écrivait l'éditorialiste Antoine Robitaille.
Le conseil d'administration, formé de 12 avocats de diverses régions et de quatre représentants du public, qualifie cette suggestion d'«incongrue». «Alors que c'est la bâtonnière qui fait l'objet d'allégations sérieuses qui, aux termes du code d'éthique de déontologie du conseil, doivent être soumises au comité de gouvernance et d'éthique pour appréciation et recommandation, ce serait les membres du conseil qui devraient démissionner en bloc!» s'insurge le conseil d'administration.
Une nouvelle élection ne ferait que créer une plus grande instabilité, croit le CA. Le conseil d'administration ajoute que «le respect des règles d'éthique n'est pas un concours de popularité et leur violation ne se résout pas par l'élection».
procédure suivie
En prononçant la suspension provisoire de la bâtonnière le 1erjuillet, le jour même de la publication de la nouvelle dans La Presse, les administrateurs n'ont fait que suivre la procédure prévue, allèguent--ils. Ils ne méritent selon eux aucun reproche. «Si le conseil d'administration avait fermé les yeux sur les allégations mettant en cause la bâtonnière, le public en général et les membres du Barreau pourraient certes lui en tenir rigueur», écrit le CA.
Les administrateurs réfutent tout conflit d'intérêts, même si certains d'entre eux ont appuyé le rival de Lu Chan Khuong, Me Luc Deshaies, dans la course au bâtonnat.
Rappelons que Me Lu Chan Khuong a mis en demeure tous les administrateurs du CA qui ont voté sa suspension. Elle réclame de pouvoir reprendre ses fonctions en plus d'obtenir des excuses publiques.
Le conseil d'administration a formé un comité spécial, composé du juge à la retraite de la Cour d'appel du Québec Paul-Arthur Gendreau, de l'ancienne bâtonnière Madeleine Lemieux et de l'avocat William J. Atkinson, afin d'être éclairé sur la suite des choses.