Alex Ovechkin n'a pas changé d'idée. Il prendra part aux Jeux olympiques de Pyeongchang même si cela l'oblige à quitter son équipe en plein milieu de la saison.

Ovechkin veut toujours aller aux Jeux

Le Russe Alex Ovechkin envisage toujours de participer aux Jeux olympiques d'hiver de 2018, même si cela signifie s'absenter de son équipe en plein milieu de la saison de la LNH.
Le capitaine des Capitals de Washington a souvent répété qu'il représentera son pays en Corée du Sud, et il a réitéré mardi qu'il n'a pas changé d'idée malgré l'annonce de la LNH qu'elle n'entend pas être aux jeux.
«Je n'ai pas changé d'avis et je n'ai pas l'intention de le faire», a affirmé Ovechkin, à quelques heures du match entre les Capitals et les Maple Leafs à Toronto.
Si le communiqué de la ligue affirmait que le dossier est «clos», Ovechkin croit qu'il pourrait s'agir d'un bluff. «Je pense que la situation était semblable avant Sotchi (en 2014), a-t-il poursuivi. Ils tentent de négocier... Je suis à peu près sûr que tout va rentrer dans l'ordre. Ils veulent juste en faire une grosse histoire.»
Ovechkin est l'une des plus grandes vedettes du sport et il a représenté la Russie à 22 occasions sur la scène internationale, dont trois fois aux Jeux olympiques.
«C'est mon pays», a expliqué Ovechkin lorsqu'on lui a demandé pourquoi c'était si important pour lui. «Je pense que tout le monde veut être aux Jeux. C'est la plus grande opportunité de votre vie que de participer aux Jeux olympiques. Quelqu'un va me dire que je ne peux pas y aller. Je m'en fous, je vais y aller.»
«Si la Russie a besoin de nous, c'est certain», a renchéri le centre des Capitals, Evgeny Kuznetsov, avant de placer sa main sur son coeur. «C'est dans le coeur de tous les Russes. Mais nous verrons. Peut-être qu'ils nous laisseront y aller.»
Plusieurs joueurs, dont le gardien Carey Price, du Canadien, et le défenseur Erik Karlsson, des Sénateurs d'Ottawa, ont déploré la décision de la LNH.
«C'est de la foutaise. C'est ce que je pense, a déclaré Karlsson, lundi soir. Ça va faire plus de tort au sport que les gens le réalisent et, peu importe qui a pris cette décision, ils ne savent pas ce qu'ils font.»
«Ils viennent de briser un rêve», a lancé Anton Stralman, le défenseur du Lightning de Tampa Bay, aux journalistes à Boston.
Le défenseur des Hurricanes de la Caroline, Justin Faulk, a ajouté qu'il n'avait même pas lu le communiqué «parce que je ne crois pas la moitié de leur raisonnement».
L'IIHF ne baisse pas les bras
À l'instar d'Ovechkin et de Kuznetsov, la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) estime que les joueurs de la LNH doivent participer aux Jeux olympiques de 2018.
«Nous tentons encore de trouver des solutions», a déclaré le secrétaire général de l'organisation Horst Lichter, mardi, après que la LNH eut indiqué qu'elle ne participerait pas aux Jeux de Pyeongchang, en Corée du Sud.
Lichter a passé la majeure partie de la journée à discuter avec des dirigeants du CIO et d'autres fédérations sportives d'hiver à propos de l'annonce du circuit Bettman survenue en fin de journée lundi. La ligue a rompu les négociations visant à s'assurer qu'elle stoppe ses activités pour la durée du tournoi olympique en février et laisse ses joueurs étoiles se rendre en Corée du Sud.
Lichter a aussi déclaré qu'il ne fermait pas la porte à la reprise des pourparlers, même s'il a admis que l'IIHF doit présenter une meilleure offre. «Nous pourrons ensuite revenir à la table des négociations, peut-être pas de manière illimitée, mais peut-être simplement pour présenter des propositions plus ''agressives'' aux propriétaires (de la LNH) qui pourraient probablement nous aider à obtenir une décision plus avantageuse que celle que nous avons présentement», a-t-il évoqué.
L'IIHF a déjà accepté de défrayer les coûts de transport des joueurs et ceux liés aux assurances, après que le CIO se soit retiré de l'entente. La LNH souhaite obtenir davantage de concessions, mais le CIO refuse de partager les droits de marketing avec une ligue commerciale.
Lichter a précisé que l'IIHF se concentrait sur un plan quinquennal de développement du sport en Asie, qui arriverait à échéance lors des Jeux olympiques de 2022 à Pékin, en Chine.
«Nous avons une stratégie, et bien sûr elle serait beaucoup plus facile à appliquer si nous pouvions compter sur l'aide de la LNH», a mentionné l'Allemand à propos d'un plan qui inclut également la KHL. 
Solution pour Pékin?
Même si les récents pourparlers avec la LNH portaient sur la nécessité de s'entendre pour les deux prochains Jeux d'hiver, Lichter n'a pas écarté la possibilité d'une solution unique pour les Jeux d'hiver de Pékin.
«Nous ne pouvons pas prévoir en ce moment ce qui se produira pour 2022, a-t-il commenté. Nous tenterons toujours de faire de notre mieux dans l'intérêt du hockey - et ça consiste bien sûr à laisser les meilleurs joueurs de la planète s'affronter, parce que c'est ce qu'ils veulent.»
«Pour une raison ou une autre, j'ai l'impression que ça va se concrétiser», a commenté l'Américain T.J. Oshie. «Selon moi, tout va se régler à la dernière minute, au moment où je croirai qu'il n'y aura plus aucune chance d'y aller. Ce serait très triste si nous ne pouvions nous y rendre.»
CBC-Radio-Canada espère que les spectateurs seront quand même au rendez-vous
CBC-Radio-Canada espère que les téléspectateurs vont néanmoins suivre la couverture du hockey, même sans la présence des joueurs de la LNH. «Bien que nous soyons déçus que les joueurs de la LNH ne participent pas aux Jeux olympiques d'hiver de 2018, nous savons que les Canadiens sont passionnés par le hockey à tous les niveaux, a déclaré la société dans un communiqué. Nous le voyons tous les ans avec les championnats du monde junior et la Coupe Spengler et nous sommes confiants que les Canadiens se rassembleront derrière ceux qui représenteront le Canada à Pyeongchang».  La Presse canadienne