Matthew McConaughey  dans Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée

Oscars: transformation extrême pour Matthew McConaughey

Leonard DiCaprio a beau en être à sa cinquième nomination, il devra encore patienter avant de mettre la main sur la précieuse statuette du meilleur acteur à la 86e soirée des Oscars. Parce que Matthew McConaughey réussit tout un exploit dans Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée: nous faire éprouver de l'empathie pour un cow-boy homophobe et égocentrique.
Le palmarès des dernières années le prouve amplement : les votants ont un faible pour les transformations extrêmes. L'affaire est maintenant entendue: en perdant 20 kilos pour le rôle, l'acteur de 44 ans donne énormément de crédibilité à son rôle d'électricien accro au sexe et à la dope qui se découvre infecté au VIH. Mais ce ne serait qu'anecdotique s'il ne livrait une performance nuancée et extrêmement crédible. McConaughey s'efface complètement derrière son personnage. Il n'a pas remporté le prix de la Guilde des acteurs et le Golden Globe pour rien.
Il n'y a pas que ça. Il vient de faire voler en éclats son image de belle gueule qui joue dans des films de série B - on parle quand même du gars nommé «The Sexiest Man Alive» en 2005! Et prouvé que son talent indéniable vu dans Mud (Jeff Nichols) était réel. Il en a d'ailleurs fait une autre éclatante démonstration dans un court mais intense rôle dans Le loup de Wall Street (Scorsese).
<p>Leonardo DiCaprio est bon mais pas transcendant dans la peau de Jordan Belfort (<em>Le loup de Wall Stree</em>t).</p>
<p>Christian Bale joue Irving Rosenfeld dans <em>Arnaque américaine.</em></p>
DiCaprio ne fait pas le poids
C'est d'ailleurs la raison pour laquelle DiCaprio ne fait pas le poids, encore une fois. Il se fait voler chaque scène que McConaughey et lui partagent. L'acteur de 39 ans est bon mais pas transcendant dans la peau de Jordan Belfort, un courtier débauché sans morale. Ce qu'on pourrait dire de bien de ses rôles d'ailleurs.
Vrai que l'Académie aurait pu être tentée de récompenser celui qu'elle a ignoré pour Le diamant de sang (2006) et L'aviateur (2004), dans un premier rôle, et Gilbert Grape (1993), dans un rôle de soutien. Mais l'aura de soufre entourant Le loup de Wall Street va en convaincre plusieurs de voter pour un autre candidat.
Parlant de poids, Christian Bale a fait exactement l'inverse de McConaughey pour Arnaque américaine (David O. Russell). L'ex-Batman a pris 20 kilos, s'est rasé la tête et s'est voûté (ce qui lui a valu une hernie discale) pour jouer Irving Rosenfeld, un arnaqueur piégé par le FBI. L'acteur anglais de 40 ans est absolument méconnaissable. Mais ce qui retient l'attention, c'est sa capacité de laisser transparaître la vulnérabilité de Rosenfeld derrière sa carapace. Mais, bon, il a remporté l'Oscar du meilleur acteur de soutien à sa première nomination pour son rôle dans Le coup de grâce (2010)... de Russell! Bale a encore beaucoup de temps devant lui pour s'imposer dans cette catégorie.
<p>Bruce Dern livre  une performance remarquable dans la peau de Woody Grant <em>(Nebraska).</em></p>
<p>Chiwetel Ejiofor est absolument parfait dans la peau de Solomon Northup (<i>Esclave pendant 12 ans</i>).</p>
Dern le vétéran
Ce qui n'est pas le cas de Bruce Dern. Le légendaire acteur de 77 ans n'a été nommé qu'une seule fois, pour Le retour (1978). Difficile de résister à la tentation de souligner une carrière prolifique, mais ce serait toute une surprise. Il livre pourtant une performance remarquable dans la peau de Woody Grant, le vieil excentrique qu'il incarne dans Nebraska (Alexander Payne). Le vétéran acteur, qui a tourné avec Hitchcock, Coppola et Tarantino, est fabuleusement touchant dans sa quête illusoire, sorte de version moderne de Don Quichotte. Dern pourra se consoler avec son Prix d'interprétation masculine obtenu à Cannes en 2013.
Ce qui ne sera pas le cas de Chiwetel Ejiofor, absolument parfait dans la peau de Solomon Northup. Stoïque et en intériorité, il réussit néanmoins à traduire les émotions vives, parfois d'un seul regard, que ressent son personnage d'homme libre qui est kidnappé pour être vendu comme esclave. Il est d'une crédibilité sans faille, réussissant à merveille à exprimer la résignation, mais aussi le courage, de cet homme qui sacrifie une partie de sa dignité pour survivre. Désolé pour les partisans de McConaughey, mais c'est l'acteur britannique de 36 ans qui devrait gagner. Et l'Académie va un jour s'en mordre les doigts.
***
>> Meilleur acteur
• Christian Bale (Arnaque américaine/American Hustle)
• Bruce Dern (Nebraska)
• Leonardo DiCaprio (Le loup de Wall Street/The Wolf of Wall Street)
• Chiwetel Ejiofor (Esclave pendant 12 ans/12 Years a Slave)
• Matthew McConaughey (Dallas Buyers Club)
Ma prédiction: Matthew McConaughey 
Mon choix: Chiwetel Ejiofor 
Le gagnant de l'an dernier: Daniel Day-Lewis (Abraham Lincoln)