Anne Hathaway dans Les Misérables

Oscars: Anne Hathaway, l'actrice de soutien favorite

Rien ne semble se dresser sur la route d'Anne Hathaway aux Oscars. La bouleversante interprète de Fantine dans Les misérables devrait normalement remporter la précieuse statuette dans la catégorie de la meilleure actrice de soutien. Ce qui est bien dommage pour Helen Hunt et, dans une moindre mesure, Sally Field.
Helen Hunt dans <em>The Sessions </em>
Sally Field dans <em>Lincoln </em>
Anne Hathaway
À une époque pas si lointaine, Les misérables aurait remporté une tonne d'Oscars. Ça risque moins de se produire à cette 85e édition : les choix sont moins conservateurs dans les catégories de pointe. Ce qui n'empêche pas que la comédie musicale devrait faire le plein ailleurs, notamment grâce à l'étonnante performance d'Anne Hathaway.
Elle brûle l'écran dans chacune de ses scènes, interprétant avec intensité Fantine, une mère contrainte à la prostitution pour nourrir sa fille Cosette. Elle a une superbe voix, dont elle se sert bien, ce qui est loin d'être le cas de ses collègues masculins dans cet interminable mélodrame pompier.
Une seule chose pourrait nuire à la victoire d'Anne Hathaway : son rôle est somme toute très court dans la version de Tom Hooper. Toutefois, l'actrice de 30 ans a déjà reçu l'accolade aux Golden Globe et de la Guilde des acteurs. Dans les deux cas, les mises en nomination étaient pratiquement semblables à celles des Oscars.
C'est sa deuxième nomination. En 2008, elle était dans la course pour la meilleure actrice dans Rachel se marie.
Helen Hunt
Helen Hunt devrait gagner dans cette catégorie, mais c'est malheureusement impossible en raison de la nature de son rôle dans The Sessions (de Ben Lewin, sorti directement en DVD au Québec). Elle interprète Cheryl, une thérapeute sexuelle qui stimule l'éveil charnel du poète Mark O'Brien, un survivant de la polio qui passe ses journées dans un poumon d'acier. L'actrice de 49 ans joue souvent nue, mais de façon détendue, tout en étant parfaitement crédible. Sa performance nuancée et sensible y est admirable. Helen Hunt avait gagné l'Oscar de la meilleure actrice dans Pour le pire et pour le meilleur (1997).
Sally Field
Il n'est pas facile de jouer un personnage à la santé psychologique fragile sans sombrer dans la caricature. Sally Field y parvient avec brio, sans tics physiques et avec beaucoup d'à propos, dans Lincoln (de Steven Spielberg). Elle y interprète Mary Todd Lincoln, la femme du 16e président américain. L'actrice d'expérience pourra toujours se consoler avec ses Oscars remportés dans deux premiers rôles : Les saisons du coeur (1984) et Norma Rae (1979).
Amy Adams dans <em>Le maître</em>
Jacki Weaver dans <em>Le bon côté des choses</em>
Amy Adams
Quant à Amy Adams, qui apparaît dans Le maître (Paul Thomas Anderson), elle souffre de la comparaison avec les éclatantes performances de Joaquin Phoenix et de Philip Seymour Hoffman. Elle joue l'implacable femme de ce dernier avec un remarquable aplomb. D'autant plus dommage pour elle qu'il s'agit de sa quatrième nomination dans cette catégorie après Le coup de grâce (2010), Doute (2008) et Junebug (2005).
Jacki Weaver
C'est un peu le cas aussi de Jacki Weaver, aussi nommée dans cette catégorie pour Animal Kingdom (2010). Cette fois, elle défend le rôle de Dolorès, une mère qui reprend sous son aile son fils après son séjour en institution psychiatrique dans Le bon côté des choses (de David O. Russell). Son rôle est bien moins flamboyant que ceux de ses collègues, ce qui ne l'aide pas même si elle y est très bonne.
MEILLEURE ACTRICE DE SOUTIEN
Nommées:
Amy Adams (Le maître / The Master)
Sally Field (Lincoln)
Anne Hathaway (Les misérables)
Helen Hunt (The Sessions)
Jacki Weaver (Le bon côté des chosesSilver Linings Playbook)
Ma prédiction:
Anne Hathaway
Mon choix:
Helen Hunt
La gagnante de l'an dernier:
Octavia Spencer (La couleur des sentiments)