«On est prêt à renégocier l'entente générale sur la rémunération tout en sachant que le gouvernement va demander un report ou un étalement des augmentations prévues cette année et l'an prochain», a indiqué, hier, au Soleil, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin

«On oublie ça, les pénalités», répliquent les omnipraticiens

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, est ulcéré de la possibilité que des pénalités financières soient imposées aux médecins qui ne voient pas rapidement leurs patients au lieu de leur verser une prime.
«On oublie ça, les pénalités. On a vu où ça nous a menés. Les pénalités pour obliger les docteurs à travailler à l'hôpital, à l'urgence, ç'a amené des effets pervers», a-t-il commenté, mercredi, au Soleil.
Depuis plusieurs années, les jeunes médecins doivent travailler dans un hôpital sous peine de voir leur rémunération réduite de 30 % pendant un certain nombre d'années. Cette mesure avait été introduite pour éviter l'interruption de service dans les urgences. Un des autres effets a été de dégarnir les centres médicaux. Plus de 40 % du temps de travail des médecins de famille est fait en milieu hospitalier.
Sous certaines conditions, le Dr Godin s'est dit prêt à regarder le modèle ontarien de rémunération des médecins comme semble le suggérer l'Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux (AQESSS). Il doute toutefois de la faisabilité de cette hypothèse.
«On va donner aux médecins du Québec les montants équivalents pour prendre en charge les patients avec la rémunération des médecins ontariens. Nos médecins vont arrêter de travailler à l'hôpital comme en Ontario. Tout le monde va avoir accès à un médecin de famille mais on va être obligé de fermer les salles d'urgences. Si c'est ça qu'il faut faire au Québec, on mettra tous les médecins de famille dans les bureaux», a-t-il lancé, non sans une pointe de dérision.
«Regarder son jardin»
Selon le Dr Godin, la direction de l'AQESSS ferait mieux de regarder dans son jardin au lieu de blâmer les médecins pour le manque d'accès à un médecin de famille. Selon un relevé effectué par la FMOQ auprès des Groupes de médecine familiale, 80 % de ces GMF disent qu'ils n'ont pas reçu toutes les ressources promises par les hôpitaux et les CLSC pour ouvrir leur clinique en soirée et les fins de semaine.
«Les gens qui accusent les GMF et qui disent qu'il faudrait les pénaliser, ce sont ceux qui respectent le moins ce à quoi ils s'étaient engagés. C'est pour le moins préoccupant. L'AQESSS devrait essayer de voir comment réduire ses coûts administratifs, ses cadres, ses bureaucrates qui ne voient jamais un patient», a-t-il répliqué.
Dernièrement, la FMOQ s'est dite d'accord pour négocier le report de la hausse de rémunération des médecins comme l'a proposé le gouvernement Marois. Toutefois, si les libéraux forment le prochain gouvernement, l'augmentation sera maintenue. Cette possibilité sourit au Dr Godin. «Mais comment ils vont faire, on ne le sait pas», a-t-il dit.