L'Américain Brooks Koepka a réussi une sortie de fosse au 17e trou qui lui a permis d'obtenir un aigle.

Omnium britannique: le sable sourit à Spieth et Koepka

Deux superbes sorties de fosse de sable par Jordan Spieth et Brooks Koepka - l'un pour une normale, l'autre pour un aigle - leur ont permis de remettre des cartes de 65 et de s'emparer de la tête à l'Omnium britannique.
Matt Kuchar a égalé le meilleur score sur le premier neuf du Royal Birkdale pour les rejoindre au sommet du tableau des meneurs, jeudi.
Koepka, qui n'a pratiquement pas joué depuis qu'il a gagné l'Omnium des États-Unis le mois dernier, se trouvait dans une fosse en bordure du vert du trou no 17, une normale 5, quand il a regardé son coup rouler jusqu'au fond de la coupe pour un aigle qui lui a permis de rejoindre Spieth à - 5.
Spieth a réussi une ronde sans boguey, mais il a lui aussi dû se surpasser dans une fosse à la droite du vert du 16e trou. Il a visé la droite de la coupe pour que la balle ne roule pas jusque dans une autre fosse sur la gauche. Elle a stoppé sa course à 10 pieds du fanion, en parfaite position. Il a calé son roulé pour la normale.
«Je crois que la ronde d'aujourd'hui était très importante, même si elles le sont toutes, a affirmé Spieth, redoutant les conditions météorologiques prévues au cours des prochains jours. Je pense qu'il était crucial de jouer sous la normale. Peut-être que ce ne sera pas trop sérieux [vendredi], mais c'était bien de pouvoir réussir de bons coups. Ça donne confiance même s'il pourrait être difficile de jouer de la même manière vendredi.»
Meilleure carte à vie
De son côté, Kuchar a enchaîné son premier neuf historique en accumulant les normales sur le neuf de retour, mais ce fut suffisant pour que l'Américain remette sa meilleure carte à vie dans un tournoi majeur.
Grâce à trois oiselets consécutifs et un pointage de 29, il a égalé la marque établie en 1991 par Ian Baker-Finch, éventuel vainqueur du tournoi. Kuchar a gaspillé des occasions d'oiselets aux 15e et 17e trous.
«J'ai regardé les gars jouer en matinée et ça semblait très difficile, a mentionné Kuchar. On dirait que plus vous amorciez votre ronde tard, meilleures étaient les conditions de jeu. Pour moi, c'était idéal d'amorcer le tournoi avec un score de 29.»
Dustin Johnson et Rory McIlroy n'ont pu profiter des conditions pour bien se positionner. Le golfeur no 1 au monde et le Nord-Irlandais ont joué des rondes de 71.
Le champion en titre Henrik Stenson, qui jouait avec Spieth, a également remis une carte de 71. Stenson avait aussi joué en compagnie de Spieth lors des deux premières rondes du Tournoi des Maîtres en 2015, quand le Texan avait mené d'un bout à l'autre.
«Il était brillant sur les verts cette semaine-là et il n'était pas très loin de la même qualité de jeu aujourd'hui», a noté Stenson.
Le Royal Birkdale a été beaucoup plus clément qu'il ne l'avait été il y a neuf ans, alors que des vents violents et de la pluie fouettaient le parcours. Le 146e Omnium britannique s'est amorcé par temps frais, sous une pluie fine et un fort vent. Mark O'Meara, vainqueur au Royal Birkdale en 1998 et qui dispute son dernier Omnium britannique, a frappé le premier coup de départ.Puis, il en a frappé un autre.
Sa première balle a été perdue dans les ajoncs et il a joué un quadruple boguey, en route vers un pointage de 81.
Le Canadien Austin Connelly a joué 67. L'autre Canadien en lice, Adam Hadwin, a connu une journée plus difficile avec une carte de 71, un coup au-dessus de la normale.
Le sixième trou, la bête noire des golfeurs
Martin Kaymer s'approchait du tertre de départ du sixième trou lors d'une ronde d'entraînement au Royal Birkdale quand il a annoncé à ses partenaires de jeu que sa journée de travail était terminée.
Il a marché le long de l'allée et a disparu à l'horizon, laissant Paul Broadhurst et Richard Bland discuter du plan d'attaque sur le tertre.
De nombreux autres golfeurs voudraient probablement aussi pouvoir éviter le sixième trou lors de l'Omnium britannique. Cette normale 4 de 499 verges avec un coude vers la droite a été le trou le plus difficile du parcours lors des deux dernières présentations de l'Omnium britannique au Birkdale - en 1998 et 2008. En 2008, le pointage moyen sur ce trou a été de 4,77, en faisant le deuxième trou le plus difficile à l'Omnium britannique entre 1982 et 2016 après le 17e trou à St. Andrews en 1984. Seulement 10 oiselets avaient été inscrits pendant le tournoi.
On a demandé à Dustin Johnson quel surnom il donnerait au trou, comme il est parfois coutume à St. Andrews ou ailleurs. «J'utiliserais probablement des mots que je ne peux pas dire en conférence de presse», a répondu le golfeur no 1 au monde.
Henrik Stenson a affirmé qu'il était certain qu'il s'agirait à nouveau du trou le plus difficile de la semaine. Jason Day a mentionné qu'une normale sur ce trou serait l'équivalent d'un oiselet sur les autres. Jordan Spieth a qualifié ce trou de «défi important».
Précision nécessaire
Le trou phare du premier neuf nécessite un coup de départ précis et un long deuxième coup vers un vert élevé et bien protégé par trois fosses de sable.
Un des incidents les plus célèbres au sixième trou est survenu en 1998, quand Mark O'Meara a passé quatre minutes à chercher sa balle après que son deuxième coup eut abouti dans l'herbe longue. Croyant sa balle perdue, il avait commencé à retraiter vers l'allée quand un spectateur a finalement aperçu la balle et l'a récupérée.
Les officiels ont décidé que la balle avait été retrouvée à l'intérieur des cinq minutes permises et O'Meara avait reçu la permission de replacer sa balle. Il avait finalement commis un boguey, en route vers la victoire.
Sur le tertre de départ, les golfeurs doivent éviter une fosse de sable sur la droite à l'intérieur du coude à environ 280 verges. Du côté gauche, ils doivent trouver l'espace entre une fosse de sable à 230 verges et une autre à 310 verges.
Si vous trouvez le centre de l'allée, mais que la balle a trop de puissance, elle va aboutir dans l'herbe longue ou dans le ravin un peu plus loin. La majorité des golfeurs devront ensuite effectuer un coup d'approche entre 200 et 220 verges.
Day a affirmé qu'il songeait à utiliser un fer 2 sur le tertre de départ ou même à se contenter d'un court coup de départ pour éviter les fosses de sable, avant d'y aller d'un plus long deuxième coup.
«C'est un de ces trous où vous pouvez facilement vous retrouver avec un chiffre élevé sur votre carte», a-t-il admis.