Capteur de rêve

Nouvelles plaintes d'autochtones contre des policiers

Le ministère de la Sécurité publique confirme que trois plaintes impliquant des femmes autochtones et des agents de la Sûreté du Québec ont été déposées depuis la diffusion de l'émission Enquête, il y a une semaine.
Selon nos informations, au moins une Innue de la Côte-Nord aurait porté plainte aux autorités pour une agression sexuelle impliquant un policier à Schefferville. Il a été impossible de savoir à quelle époque se seraient produits les événements, mais ils ne seraient «pas récents», toujours selon nos sources. 
Les trois dossiers ont été transmis au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), chargé par Québec d'enquêter sur les allégations de femmes autochtones de la région de Val-d'Or, qui affirment avoir été victimes d'abus sexuels et physiques par des policiers de la Sûreté du Québec. 
«Actuellement, toutes les plaintes reçues impliquant des femmes autochtones et la Sûreté du Québec sont transférées au SPVM», a fait savoir l'attachée de presse du Ministère, Émilie Simard, qui n'avait pas de détails sur la nature des plaintes, ni les endroits où elles ont été enregistrées. Le SPVM n'a pas donné suite à notre demande.  
Mercredi, Le Soleil révélait les confidences de trois Innues de la Côte-Nord, dont celles de Mme Jourdain (nom fictif), qui allègue qu'elle et sa soeur ont été agressées sexuellement par un policier à Schefferville, il y a une trentaine d'années. La présumée agression aurait eu lieu au poste même, après la sortie des bars. 
Vérification faite, Mme Jourdain n'a pas pour l'heure déposé de plainte aux autorités relativement à cet événement. 
Les révélations faites à visage découvert par des autochtones de Val-d'Or continuent de faire couler l'encre partout au Québec. Sur la Côte-Nord, les Innues ont été secouées, réveillant chez certaines de vieux démons enfouis au plus profond d'elles-mêmes. Une vigie en soutien à toutes les femmes victimes de violence et d'abus doit avoir lieu jeudi à Uashat, près de Sept-Îles.