Champion du monde, champion de la Coupe du monde et médaillé aux Jeux olympiques, Nicolas Fontaine a connu une brillante carrière internationale de 13 ans en ski acrobatique durant les années 90.

Nicolas Fontaine: diversifier la croissance en ski acrobatique

La source de skieurs acrobatiques de talent n'est pas près de se tarir, comme l'ont prouvé les 177 participants aux Championnats canadiens juniors, en fin de semaine, à Lac-Beauport. La relève québécoise tient encore le haut du pavé, mais «les autres provinces nous talonnent», prévient Nicolas Fontaine.
Aux Jeux olympiques de Sotchi, le Canada a décroché 9 de ses 25 médailles en ski acrobatique. Six du lot en bosses ou en slopestyle, deux des cinq épreuves présentées à la station Le Relais. Cinq ont été suspendus au cou de skieurs québécois.
Fontaine avait gagné l'argent en sauts aux JO de 1992, en démonstration. Il a été champion du monde et quatre fois champion de la Coupe du monde. Devenu responsable du recrutement à l'Association canadienne de ski acrobatique et directeur général du Centre national d'entraînement acrobatique Yves LaRoche, le complexe de rampes d'eau du Relais, il croit néanmoins que le Canada fait fausse route sur le plan du développement.
«On forme nos jeunes dans une seule discipline, souvent les bosses, au détriment des sauts ou du slopestyle. Si on les formait dans plusieurs disciplines, on n'aurait peut-être pas de Mikaël Kingsbury vainqueur d'une Coupe du monde à 18 ans, mais on aurait plus de champions en sauts et en slopestyle», fait-il valoir, prêchant pour sa paroisse.
Continuer à travailler
Il précise que les bosseurs étoiles Kingsbury et Alexandre Bilodeau ont pratiqué les sauts, plus jeunes. «Il ne faut pas mettre tous nos oeufs dans le même panier», poursuit-il, donnant l'exemple de diversification des États-Unis et de l'Australie. «La demande est là, mais il faut convaincre les entraîneurs.»
Sur une plus petite échelle, «le Québec se démarque encore, mais il ne faut pas s'asseoir sur nos lauriers. On a les installations d'hiver et d'été, il faut travailler très fort», assure-t-il.
Fontaine a vu son jeune protégé néo-écossais de 12 ans Kai Dwyer rafler la palme chez les 13 ans et moins. Mats Desautels, de Lac-Beauport, a fait de même parmi les 14-15 ans, tandis que sa jeune soeur Mia a fini deuxième des filles de 13 ans et moins. Aussi du Relais, Olivier Gingras-Gagnon a remporté le combiné sauts (5e)-bosses (10e) des juvéniles (14-15 ans).
Chez les seniors (19 ans et plus), le sauteur olympien Travis Guerrits a montré son savoir-faire avec une domination de presque 25 points sans même un triple-saut. Sabrina Guérin a été la meilleure femme.
Si les Québécois gardent la force du nombre en bosses, Valérie Gilbert (14-15 ans) et Julianne Nadeau (13 ans et moins) ont été les seules à mériter l'or. Isabelle Huygues-Lecourt (16-18 ans) a fini première au slopestyle et deuxième au big air, tandis qu'Étienne Geoffroy-Gagnon (16-18 ans), du Yukon, a réussi le doublé slopestyle-big air.