Dans Matane-Matapédia, la liste des candidats n'est pas très longue à ce jour. Jusqu'à maintenant, seul le député sortant, le péquiste Pascal Bérubé a fait connaître ses intentions.

Neuf batailles dans l'est du Québec

En 2012, le Parti québécois a fait élire sept députés dans les neuf circonscriptions de l'est du Québec. Les troupes de François Legault réussiront-elles à percer? Celles de Philippe Couillard à reprendre le terrain perdu? Portrait des neuf luttes
RIVIÈRE-DU-LOUP
Depuis 30 ans, la circonscription de Rivière-du-Loup est demeurée fidèle à ses racines libérales, sauf pour le règne adéquiste de 15 ans de Mario Dumont. Mais sur l'échiquier de 2014, on place Rivière-du-Loup parmi les chaudes luttes à surveiller. Ce sera d'ailleurs une reprise du duel de 2012 qui mettait aux prises le député libéral sortant (élu en 2009), Jean D'Amour (41 %, majorité de plus de 2400 votes), et le péquiste Michel Lagacé (35 %). Gaétan Lavoie (18 %) de la Coalition avenir Québec était arrivé troisième. Jean D'Amour, ex-journaliste, a été maire de Rivière-du-Loup. Michel Lagacé cumule les fonctions de maire de Saint-Cyprien, de préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et de président de la Conférence régionale des élus du Bas-Saint-Laurent.
***
CÔTE-DU-SUD
Prise deux de ce côté alors que l'ex-député du Parti québécois dans Kamouraska-Témiscouata, André Simard, et actuel conseiller spécial du ministre de l'Agriculture, François Gendron, se jette à nouveau dans la mêlée électorale. Il affronte le libéral Norbert Morin, en poste depuis 2003. En 2012, avec une majorité de 3300 votes. M. Morin (39 % des suffrages) avait remporté le premier round, suivi du caquiste François Lagacé (30 %) et André Simard (26 %). Norbert Morin est un ex-maire qui a travaillé dans le milieu des affaires. Cette conscription, née de la dernière mouture de la carte électorale, est de souche libérale depuis 25 ans.
***
RIMOUSKI
Terreau péquiste depuis 20 ans, Rimouski sera briguée cette fois par Harold Lebel, un responsable politique du Parti québécois qui a fait carrière dans les cabinets de cette formation. Aux dernières élections, le député péquiste Irvin Pelletier l'avait emporté haut la main avec 48 % de suffrages exprimés (près de 9000 votes de majorité), sur son plus proche adversaire, le libéral Raymond Giguère (22 %) et Jean-Paul Carrier (17 %) de la Coalition avenir Québec. Pierre Huot, travailleur civil à la Sûreté du Québec, se présente sous la bannière libérale. Le dernier député libéral élu dans Rimouski avait été Michel Tremblay de 1985 à 1994.
***
GASPÉ
Le ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, tentera de conserver son siège. Son résultat de 2012 - 57 % des suffrages - décourage-t-il d'éventuels adversaires? En tout cas, le Parti libéral se cherche toujours un candidat. L'ex-député libéral Georges Mamelonet a déjà indiqué qu'il ne serait pas de la course. Yvan Blanchard se présentera à nouveau pour la Coalition avenir Québec tandis que Frédérick DeRoy portera une seconde fois les couleurs d'Option nationale. Québec solidaire n'a encore désigné personne. L'enjeu du développement pétrolier devrait traverser la campagne.
***
MATANE-MATAPÉDIA
Dans Matane-Matapédia, la liste des candidats n'est pas très longue à ce jour. Jusqu'à maintenant, seul le député sortant, le péquiste Pascal Bérubé, a fait connaître ses intentions. Tant le Parti libéral que la Coalition avenir Québec, Option nationale et Québec solidaire affirment que leur candidat sera connu la semaine prochaine. Aux dernières élections, Pascal Bérubé avait récolté la plus forte majorité du scrutin québécois avec 59 % des voix, soit 13 505 votes de plus que son plus proche rival, le libéral Jean-Clément Ouellet, qui ne se représente pas.
***
BONAVENTURE
Le député sortant Sylvain Roy, du Parti québécois, défendra son siège contre les quatre mêmes adversaires qu'en 2012, le libéral Damien Arsenault, Jean-Marc Landry, de la Coalition avenir Québec, Patricia Chartier, du Québec solidaire, et Louis-Patrick Saint-Pierre, d'Option nationale. Il s'agit même de la troisième lutte entre MM. Roy et Arsenault, et Mme Chartier, considérant l'élection complémentaire de décembre 2011 pour combler le départ de Nathalie Normandeau. M. Arsenault avait gagné ce scrutin, avant de céder son siège à M. Roy en 2012. Bonaventure a été représenté par un libéral au cours de 52 des 58 dernières années, mais l'inclusion de Chandler depuis 2011 change la donne, le Parti québécois étant fort dans cette ville. Il devrait être question d'énergie éolienne, de la cimenterie de Port-Daniel et de l'entretien de la voie ferrée Matapédia-Gaspé assez souvent d'ici au 7 avril.
***
ÎLES-DE-LA-MADELEINE
Les Madelinots assisteront à une revanche entre la députée sortante péquiste Jeannine Richard et l'ex-député libéral Germain Chevarie, qui a régné de 2008 à 2012. Le thème de la création d'emploi prendra beaucoup de place au cours des 30 prochains jours. Mars est le mois du trou noir pour plusieurs insulaires; c'est la période sans revenu entre la fin des prestations d'assurance emploi et le début du travail. Même si le problème est induit par une réforme du gouvernement fédéral, c'est souvent l'État québécois qui doit trouver des solutions. De plus, la décision de Québec d'appuyer l'exploration pétrolière à Anticosti fait craindre à bien des Madelinots, ce qui aura pour effet de ramener la question à l'agenda électoral.
***
RENÉ-LÉVESQUE
Dans cette circonscription de la Côte-Nord, qui regroupe notamment la municipalité de Baie-Comeau, ça ne se bouscule pas au portillon pour affronter Marjolain Dufour, élu pour une première fois en 2003 dans ce château fort péquiste. Pour l'instant, le whip en chef du gouvernement sortant n'a en effet aucun adversaire connu. En 2012, M. Dufour l'avait emporté par 9500 voix, avec 59,6 % du vote. À part un intermède avec les libéraux entre 1985 et 1994 ainsi qu'en 2002, où la défunte Action démocratique du Québec avait fait une percée lors d'une élection complémentaire, René-Lévesque vote péquiste depuis 1973. La circonscription a changé de nom en 2003. Elle s'appelait auparavant Saguenay.
***
DUPLESSIS
La députée sortante du Parti québécois Lorraine Richard briguera un cinquième mandat dans Duplessis, forteresse péquiste depuis 1976. La politicienne originaire de Havre-Saint-Pierre croisera le fer avec des adversaires majoritairement féminines. L'ex-mairesse de Port-Cartier Laurence Méthot, défaite aux dernières municipales, portera les couleurs du Parti libéral du Québec, tandis que la Coalition avenir Québec sera représentée par la technicienne comptable Christine Pinard, 30 ans. Bien connu pour avoir défendu plusieurs causes environnementales, Jacques Gélineau sera de nouveau le porte-voix de Québec solidaire. En 2012, Lorraine Richard l'avait emporté haut la main en récoltant 53 % des voix.