Grand souper familial vendredi soir à la résidence de Hermel Lavoie de Rimouski en compagnie de la rameuse Mylène Paquette.

Mylène Paquette ne chômera pas en 2014

Grandes retrouvailles vendredi soir autour de la table familiale chez Hermel Lavoie, rue de Cascogne à Rimouski, qui recevait de la grande visite en ce Nouvel An, celle de la rameuse océanique Mylène Paquette.
«Je suis venu à Rimouski voir ma famille adoptive et fêter le Nouvel An. Je fais un peu partie de la famille. Je suis bien contente de voir tout le monde en même temps, Hermel, sa femme que j'appelle affectueusement "mamie", son fils et sa fille qui sont comme mon frère et ma soeur adoptifs. Je suis aussi venue me ressourcer», a dit la première rameuse nord-américaine à traverser l'Atlantique Nord en solitaire, guidée pendant 129 jours par Hermel Lavoie lors de sa traversée de l'Atlantique.
C'est à l'Institut maritime du Québec (IMQ) à Rimouski que le bateau Hermel a été mis au point avant la grande traversée de 129 jours du 6 juillet au 12 novembre.
Bientôt deux mois depuis la fin de ce périple de 2700 milles nautiques ou de quelque 5000 kilomètres. Mylène Paquette dit ne pas avoir encore mesuré l'ampleur de cet exploit peu commun. «Je n'ai peut-être pas encore réalisé l'ampleur de ce que j'ai fait, moi avec l'aide de mon équipe. C'est peut-être en écrivant le livre que je vais prendre un peu de recul. Depuis que je suis de retour, tout s'est passé très vite.»
Plus beau souvenir
Son plus beau souvenir demeure toujours sa rencontre avec le Queen Mary 2 sur lequel elle s'est retrouvée le 10 décembre mais cette fois pour une croisière. «J'ai donné une conférence à bord, j'ai rencontré le commodore et les membres de l'équipage qui m'ont expliqué comment s'était effectuée cette rencontre. On a pris beaucoup de photos. On m'a dit qu'une plaque sera installée sur un des murs du bateau pour rappeler cette rencontre au milieu de l'Atlantique. À la maison-mère de la Cunard, j'ai aussi fait une conférence», souligne la rameuse montréalaise qui rapporte d'autres beaux souvenirs.
L'année 2014 sera très chargée pour Mylène Paquette qui sera en course à voile au large au printemps et à l'été en France et en Angleterre. «Je vais être très occupée avec mon entraînement à la voile, la rédaction de mon livre et une chronique deux fois par mois à Radio-Canada. Avec mon livre, ce sera une belle expérience de revenir sur les émotions de la traversée et toute sa préparation. J'ai aussi beaucoup de demandes de conférences dans les écoles et les entreprises. Le bateau sera aussi présenté au public en février.»
Le bateau - qui est au port du Havre en France - n'est pas officiellement à vendre. «Le bateau arrivera à Montré avant la fin du mois de janvier. Il n'y a pas de pancarte à vendre dessus mais s'il y a des acheteurs qui veulent me faire une offre, je vais les étudier. Je ne veux pas faire un pot à fleurs avec. Je ne veux pas qu'il dorme non plus au fond d'un hangar. Si un musée veut l'acquérir, je suis ouverte aux propositions. Il va falloir évaluer avec l'équipe au sol. C'est le meilleur bateau de rame océanique disponible au monde.»
La rameuse a aussi procédé au cours de son périple, à l'aide d'un hydrophone, à des expériences de détection acoustique des baleines.