Le musée Notre-Dame de Québec a ouvert ses portes jeudi.

Musée Notre-Dame de Québec: un voyage dans le temps

La basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec s'offre une transformation beauté pour son 350e anniversaire. Dépoussiérés, ses trésors historiques seront désormais exposés au Musée Notre-Dame de Québec, inauguré jeudi, lors d'une cérémonie qu'ont coprésidée le maire de Québec et le cardinal Gérald Cyprien Lacroix.
Bien que le musée ait pris réellement son envol jeudi, sa naissance véritable remonte à 2011. «On avait commandé une étude pour savoir comment développer Notre-Dame de Québec [...] un des aspects relevés était de faire découvrir notre patrimoine», explique frère Thomas, directeur du Musée. Le 350e s'est avéré l'occasion parfaite pour réaliser cet objectif, avec la contribution de la Ville de Québec, du Groupe Dallaire et des Chevaliers de Colomb.
Le lieu d'exposition était tout indiqué, on y retrouvait déjà des galeries, jusque-là inutilisées depuis 40 ans. Entièrement rénovées, les galeries de la basilique-cathédrale, qui autrefois fournissait ses pièces pour les expositions de nombreux musées, pourront désormais les exposer en ces murs. Le tout se voit aussi teinté d'un caractère sacré, amplifié par le lieu même de l'exposition et la nature des pièces.
L'exposition commence à la Galerie Sud et nous ramène immédiatement au Régime français. Des pièces uniques, dont le calice de François de Laval, défilent sous le regard sérieux des portraits des curés, qui tapissent les colonnes du musée. «On peut faire l'histoire de la peinture québécoise à travers ces tableaux. Théophile Hamel, Antoine Plamondon, Charles Huot ont tous peint un portrait», dit frère Thomas. Il en est de même avec l'orfèvrerie.
Bien protégées par leurs socles de verres, les chasubles donnent corps à ces hommes d'Église et nous présentent la richesse de leurs apparats, tissés à la main. Prêtée pour l'occasion par le Séminaire de Québec, la mitre de François de Laval y fait une apparition, se tenant toujours fièrement debout après plus de 350 ans.
Travail minutieux
Après avoir observé les dorures et le travail minutieux des artisans, le regard se porte sur des pièces beaucoup plus grossières : des boulets de canon creux utilisés par les Anglais. «Il faut bombarder la cathédrale pour affaiblir la morale de ces maudits Français», cite en riant le frère Thomas, qui rappelle que la basilique-cathédrale a été bombardée beaucoup plus que tous les autres édifices de Québec et incendiée plus d'une fois.
Dans la galerie Nord, des pièces plus modernes, dont le calice du Congrès eucharistique de 2008. Les visiteurs se sont montrés particulièrement enthousiastes en voyant les gravures. Des écrits attendent les plus curieux, dont une intervention écrite de François De Laval qui ramenait à l'ordre les citoyens de Québec après que le remariage trop rapide d'une veuve ait causé tout un grabuge.
En l'absence des portraits des curés, ce sont plutôt d'immenses tableaux qui surplombent la galerie Nord, soit la peinture restaurée La Vierge aux tourterelles et le Saint-Jérôme, peint par Jean-Louis David, connu pour Le sacre de Napoléon.
Aidée des explications, la visite devient un véritable voyage dans le temps. Pour cette raison, le directeur du Musée a spécifié que des guides seront toujours disponibles pour raconter l'histoire derrière les objets, qui se veulent un legs pour la postérité.
Un legs qui se renouvellera, car pour le moment, seul 20 % du patrimoine y est exposé. Le musée, décrit par le cardinal Gérald Cyprien Lacroix comme une «communauté vivante» est déjà ouverte au public, qui pourra également profiter de l'occasion pour passer la porte sainte, un autre trésor, celui-là pas si caché, que l'on trouve dans le lieu sacré.
***
Vous voulez y aller?
Quoi : Musée Notre-Dame de QuébecOù : basilique-cathédrale Notre-Dame de QuébecHeures d'ouverture : jeudiet vendredi de 13h à 15h30, samedi de 9h à 15h30 et dimanche de 10h30 à 15h30Prix : 5 $, gratuit pour les enfants de 12 ans et moinsInfo : notredamedequebec.org