Trois mois après les élections, l'opposition à l'hôtel de ville, composée de Paul Shoiry, Yvon Bussières et Anne Guérette (absente sur la photo), touchera 356 000 $ pour organiser son bureau et engager du personnel politique.

Municipales 2013: Équipe Labeaume a dépensé gros pour battre Bussières et Shoiry

Les districts où l'opposition a fait élire Paul Shoiry et Yvon Bussières sont ceux où Équipe Labeaume a dépensé le plus d'argent lors de la campagne au scrutin du 3 novembre.
<p>Dépenses pour la campagne du 3 novembre 2013</p>
Des 21 candidats d'Équipe Labeaume, celui qui a bénéficié du plus gros budget pour sa campagne est Robert Dinan, avec 6275 $, dans le district Saint-Louis-Sillery, où il a été battu par Paul Shoiry, de Démocratie Québec, révèlent les rapports de dépenses électorales que les partis municipaux ont déposés au Directeur général des élections (DGEQ).
Ex-maire de Sillery et candidat-vedette de Démocratie Québec, M. Shoiry n'a pas été en reste puisqu'avec 7795,50 $, soit le maximum permis par la loi, il est le candidat pour lequel Démocratie Québec a le plus investi, après Patrick Paquet, défait dans Neufchâtel (8631 $).
Au total, la formation d'opposition Démocratie Québec de David Lemelin a dépensé 157 433,49 $ pour la campagne électorale qui s'est conclue par l'élection de trois conseillers le 3 novembre.
Chez Équipe Labeaume, qui a fait élire 18 de ses candidats, les dépenses atteignent 248 701 $.
Le troisième parti enregistré, l'Alliance de Québec, a pour sa part dépensé un maigre 919,80 $ sur une caisse électorale de départ de 1000 $.
Bon deuxième après Robert Dinan, Sébastien Chamberland d'Équipe Labeaume a dépensé 6087 $ pour tenter de battre le vétéran Yvon Bussières. Ce dernier, dont la campagne a coûté 6330,42 $, a été élu sous la bannière de Démocratie Québec.
Dans le district de Cap-aux-Diamants, où la lutte a été particulièrement chaude et médiatisée entre Anne Guérette et Frédéric Poitras, les dépenses sont toutefois demeurées davantage dans la moyenne. Mme Guérette a dépensé 5573 $, contre 4828 $ pour M. Poitras, soit près de 2000 $ de moins que le maximum permis.
Liste de donateurs
Les rapports des dépenses électorales incluent ce que chaque parti municipal a consacré à la publicité, aux biens et services, à la location de locaux, en transport et en repas. Ces documents remis au DGEQ ne contiennent toutefois pas les noms des donateurs, dont la liste sera plutôt dévoilée au printemps.
Pendant la campagne, le financement des partis avait fait quelques flammèches notamment en raison du refus de Démocratie Québec de dévoiler les noms de ses donateurs de moins de 100 $. Régis Labeaume insistait pour savoir qui finançait les troupes de David Lemelin. Ce dernier avait répliqué que l'anonymat des donateurs était conservé, comme le permet la Loi électorale, parce que plusieurs d'entre eux craignaient «des représailles» du maire Labeaume.