La jeune femme a été retrouvée en arrêt cardio-respiratoire dans cet appartement du quartier Limoilou.

Mort mystérieuse d'une jeune femme de 22 ans dans Limoilou

Une jeune femme de 22 ans est morte, mercredi, dans un appartement de la rue des Frênes Est, dans Limoilou. De nombreux agents, enquêteurs et même le maître-chien ont investigué une bonne partie de l'après-midi à la suite de l'incident qui, au départ, aurait pu éveiller les soupçons, mais que les policiers ne relient finalement à rien de criminel.
La porte-parole Christine Lebrasseur du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) indique que des manoeuvres de réanimation ont été tentées. Selon des témoins, une vingtaine de minutes après leur arrivée, en milieu d'après-midi, les ambulanciers sont sortis avec la jeune femme étendue sur une civière, enveloppée de la tête aux pieds, et sont partis sans activer les gyrophares. La femme était en arrêt cardiorespiratoire. Son décès a été constaté à l'hôpital.
Les policiers sont restés nombreux sur place, angle des Frênes Est et des Aulnes, et ont étendu le périmètre à plusieurs reprises.
Mme Lebrasseur explique qu'il n'apparaissait pas «normal» qu'une jeune femme se trouve ainsi en arrêt cardiorespiratoire. Quant à la mobilisation importante de policiers, elle indique qu'il s'agissait d'une enquête de routine effectuée dans le cadre des lois qui régissent les enquêtes du coroner.
Un policier a révélé à un voisin que la victime, qui n'habitait pas dans l'appartement où elle a été trouvée, est décédée après avoir consommé de la drogue. Mme Lebrasseur ne confirme pas l'information, soulignant que c'est l'autopsie qui pourra révéler la cause du décès aux enquêteurs.
Plusieurs citoyens qui habitent le secteur ont indiqué au Soleil qu'il y avait beaucoup de va-et-vient dans ce logement, et particulièrement au cours des derniers jours. Nombreux sont ceux qui ont souligné des batailles, des disputes et de la vente de drogues.