Pierre Moreau

Moreau aussi rencontré par la commission Charbonneau

L'ancien ministre libéral des Transports Pierre Moreau a été rencontré par des enquêteurs de la commission Charbonneau, tout comme son prédécesseur Sam Hamad. Le péquiste Sylvain Gaudreault, qui occupe le poste depuis septembre 2012, n'a pas été convoqué.
Il a été impossible de s'entretenir avec M. Moreau, mercredi, mais le Parti libéral du Québec (PLQ) a confirmé au Soleil que les enquêteurs de la commission Charbonneau avaient jugé bon de le rencontrer. La directrice des communications, Gabrielle Collu, a parlé d'une cueillette d'information «normale» et spécifié que les échanges doivent demeurer confidentiels, à la demande de la commission. 
Le député de Châteauguay a été ministre des Transports en 2011 et en 2012. Il succédait alors à Sam Hamad, député de Louis-Hébert, qui a occupé le siège en 2010 et en 2011. 
Le Soleil révélait mercredi la tenue d'une «rencontre d'information» entre M. Hamad et le personnel de la commission Charbonneau. M. Hamad n'a pas voulu révéler le moment de la rencontre ni la nature des échanges. Il a brandi une lettre de la procureure-chef, Sonia LeBel, indiquant que les rencontres «sont en principe confidentielles, à moins que la personne rencontrée soit appelée à témoigner devant les commissaires». Ce qui n'est pas le cas des deux libéraux pour l'instant. 
Le chef du PLQ s'est aussi replié sur cette lettre, mercredi. «Dès que j'ai su que cette rencontre allait se tenir, j'ai immédiatement demandé qu'on indique à la commission que conformément à ce que j'avais dit, je rendrais publique la rencontre», a dit Philippe Couillard en marge d'une annonce à Montréal mercredi matin.
Or, la commission a «réagi très fortement» et «demandé de ne pas rendre publique la rencontre», selon le chef libéral. «J'ai poursuivi la conversation par personnes intermédiaires en indiquant que sans instructions écrites de leur part, je rendrais la rencontre publique», a-t-il dit en allusion à la lettre de Mme LeBel, adressée à l'avocat du Parti libéral.
Le chef du PLQ s'est aussi porté à la défense de Sam Hamad en appelant à la prudence dans le traitement de l'information. «Il faut quand même souligner que ce sont des rencontres d'information qui sont normales», a-t-il rappelé. Ce qui serait anormal, aux yeux de M. Couillard, serait que les ex-ministres des Transports comme M. Hamad ne soient pas appelés à participer à de telles rencontres.
«Je mets en garde toute tentative de culpabilité par association sans savoir si la personne va témoigner ou non», a-t-il averti.
Son équipe ne serait d'ailleurs pas surprise que d'anciens élus libéraux ou péquistes ayant occupé le poste depuis 1996 soient convoqués. Le décret gouvernemental ayant officialisé la création de la commission, en 2011, permet de remonter 15 ans en arrière, mais il n'y a pas de date butoir. «Si un événement s'est passé hier, on le couvre», assure le porte-parole Richard Bourdon.
Vérification faite auprès de Sylvain Gaudreault, actuel titulaire des Transports, celui-ci n'a pas été rencontré par les enquêteurs de la commission Charbonneau. Il a répondu un «non ferme» à la question du Soleil.