Mondiaux de planche à neige: vitesse inégale au big air

Une douzaine d'athlètes ont bravé le froid du haut du monstrueux tremplin érigé entre les bretelles de l'autoroute Dufferin-Montmorency, jeudi soir. Simple question de tâter le terrain en vue des qualifications de ce soir.
«La rampe est bosselée, mais la zone d'atterrissage est bien», a analysé Michaël Roy, après son premier essai l'amenant sur le parterre de l'îlot Fleurie.
Le planchiste de 19 ans de L'Ange-Gardien, juste à l'est de Québec, y avait pris le 32e rang, à la Coupe du monde, l'an dernier. Cette fois, aux Championnats du monde, il espère intégrer le cercle restreint des 12 finalistes. «La vitesse semble plus rapide que par le passé, mais elle n'est pas facile à garder. Et il y a beaucoup de compression à l'arrivée. Mais ç'a bien été et je suis bien préparé», a assuré Roy, confiant.
Par ailleurs, le parcours de slopestyle sera détruit dès ce soir pour faire place à celui de slalom parallèle et de slalom géant parallèle, dont les épreuves ont lieu la semaine prochaine, vendredi et dimanche. Et ne vous surprenez pas si vous ne voyez pas de champagne sur le podium des Mondiaux. La Fédération internationale de ski veut dissocier ses compétitions de planche à neige et l'alcool.
>> Aujourd'hui
BIG AIR (îlot Fleurie)
19h00-20h00 Qualifications . Hommes
21h10-22h00 Qualifications . Hommes