Seulement 8 des 12 finalistes actuels auront la chance de participer au retour de Mixmania.

Mixmania, le Star académie des ados

Le succès d'émissions comme Glee et So You Think You Can Dance a eu un effet boeuf sur le public adolescent. Les juges de la nouvelle présentation de Mixmania à VRAK.TV l'ont constaté en voyant le calibre très élevé des candidats de cette année.
Choisis parmi 2500 inscriptions, les 12 finalistes dévoilés hier en conférence de presse montrent tous de grandes aptitudes en chant et en danse. «Beaucoup plus que nous», admet Julie Saint-Pierre, «diplômée» du Mixmania de 2002 et animatrice de cette nouvelle présentation. L'ancienne fille d'Aucun regret, convertie aujour­d'hui en animatrice à la radio, croit que les ados s'intéressent plus au chant et à la danse qu'à son époque.
Ils sont actuellement 12, mais seulement 8 d'entre eux, quatre gars et quatre filles, auront la chance de participer au retour de Mixmania, neuf ans après le succès de cette téléréalité de VRAK.TV et de son dérivé, Phénomia. Dès le 17 mars, la planète ado tournera pour ces passionnés de musique et de danse, déterminés à percer dans le monde du showbiz.
Durant 10 semaines, ils recevront une formation en chant, en danse et en cours théoriques, en plus de former deux groupes de musique. Les candidats vivront en appartement mais pourront retourner dans leur famille les fins de semaine. «Même si le chant compte autant qu'en 2002, on mise un peu plus sur la danse cette année», annonce Julie Saint-Pierre.
Pas pour rien pour que la chanson-thème de l'émission s'intitule Danse danse. Julie Saint-Pierre prête d'ailleurs sa voix à cette chanson, en duo avec Peya, nom d'artiste du parolier Pascal Allard. Sur un rythme entraînant, ce «ver d'oreille» évoque la détermination de ces jeunes à se dépasser. On imagine que la chanson risque de tourner à NRJ, là où Julie Saint-Pierre est animatrice. «Je vais pousser pour ça!», blague-t-elle.
Les huit candidats auront pour mentors la V.J. de MusiquePlus Chéli Sauvé-Castonguay et l'humoriste Jean-Michel Anctil. Pourquoi pas des chanteurs? «On voulait qu'ils puissent parler du milieu du showbiz en général, parce qu'ils ont déjà leurs profs de chant et de danse.» De plus, des personnalités viendront chaque semaine les encourager. Mitsou et Guillaume Lemay-Thivierge ont déjà confirmé leur participation.
C'est parce qu'elles ont été impressionnées par le calibre de jeunes danseurs au dernier KARV l'anti.gala que les patronnes de la chaîne ont voulu faire renaître Mixmania. Tommy, 16 ans, de Québec, était parmi ces danseurs et a été sélectionné parmi les finalistes. Comme Emmy, une autre finaliste de 14 ans, il fréquente le Studio Party Time à Québec. Tous deux étaient des fans finis de Mixmania à sa diffusion il y a neuf ans et rêvent d'une carrière dans ce domaine. Les autres candidats, âgés de 14 à 16 ans, proviennent de Montréal, Bromont, Repentigny, Saint-Jérôme, Lévis et Senneterre, en Abitibi.
Pour l'instant, VRAK ne promet ni album ni tournée pour les gagnants de l'émission. Seul un spectacle au Club Soda de Montréal est prévu. VRAK s'en remettra beaucoup au public pour décider du sort de ces stars en devenir. Les jeunes ont d'ailleurs du 7 au 27 février pour élire leurs huit préférés parmi les 12 participants.
Taxe télé : le montant accordé à TVA
Le réseau TVA a reçu la somme de 6 119 743 $ du Fonds pour l'amélioration de la programmation locale (FAPL) pour la période se terminant le 31 août 2010. Cette information, pourtant de domaine public, n'apparaissait pas sur le site Internet du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes jusqu'à hier, alors que Radio-Canada et V l'avaient tous deux rendue publique. Notre enquête publiée vendredi dernier sur l'ajout de 1,5 % à la facture de câble et de satellite depuis un an démontre qu'il est impossible d'en mesurer l'effet réel dans la programmation des stations locales des réseaux généralistes. À elles trois, Radio-Canada, V et TVA reçoivent près de 27 millions $ du FAPL.
La série Montréal-Québec en déclin
Le retour de Tout le monde en parle, qui a rallié 1 536 000 heureux dimanche soir à Radio-Canada, a fait très mal à La série Montréal-Québec. Celle-ci n'a pas fait le poids avec ses 1 031 000 amateurs, un score anormalement faible pour TVA un dimanche soir.