Donald Dion

Meurtre et suicide à Beauport : Donald Dion était dans un état dépressif marqué

Donald Dion était dans un état dépressif marqué lorsqu'il a mis fin à ses jours après avoir tué sa conjointe par arme blanche le 15 juillet 2013 dans leur résidence de la rue Duportail à Beauport.
<p>Charlotte Caron</p>
C'est la conclusion du rapport du coroner Luc Malouin, chargé d'éclaircir le décès de l'homme de 49 ans et de sa compagne, Charlotte Caron, 48 ans.
Dans l'exposé des circonstances, le rapport révèle que les policiers ont retrouvé les corps couchés sur le lit côte à côte avec, entre eux, un couteau. Des membres de la famille de Mme Caron, inquiets d'être sans nouvelles d'elle, avaient communiqué avec les autorités. L'enquêteur du service de police de Québec conclut au meurtre suivi d'un suicide.
Les blessures observées sur le corps de la défunte démontrent qu'elle a tenté de se défendre. L'examen toxicologique ne relève aucune présence d'alcool ni de drogue chez le couple.
Le coroner s'attarde à l'état de la santé mentale de Donald Dion au moment des événements. «L'analyse du dossier médical fait voir que ce dernier était sous médication antidépresseur depuis plusieurs années. Les témoignages confirment qu'il était en dépression, et ce, de façon plus marquée en juillet 2013», souligne M. Malouin.
Fait troublant, selon un témoin, M. Dion ne voulait pas consulter ni obtenir de l'aide, «car le tout aurait démontré de la faiblesse de sa part et aurait été perçu comme un échec». À noter qu'aucun proche des deux victimes ne parle de violence physique et jamais Mme Caron n'a confié qu'elle craignait pour sa vie.
Luc Malouin conclut son rapport en mentionnant qu'il est impossible de «savoir exactement ce qui s'est produit le 15 juillet dans le couple et qui a conduit monsieur Dion» à commettre l'irréparable.