Mes aïeux: nouvelle saison ****

Un titre rempli d'espoir coiffe ce sixième album de Mes Aïeux, mais la bande de Stéphane Archambault présente ici son offrande la plus sérieuse.
Peut-être parce qu'un membre de la famille musicale, Éric Desranleau, a quitté le navire. Peut-être parce que les joyeux fêtards avaient moins le coeur à rire... Contrairement aux albums précédents, il n'y a aucune chanson drôle sur À l'aube du printemps. Mais de belles chansons, ça, il y en a.
Des pièces mélodiques où les harmonies vocales se déploient, où le groupe engagé retrouve certains de ses chevaux de bataille : le malaise identitaire, le développement durable, le manque de projets collectifs. Mis à part quelques titres plus enjoués (dont la touffue La stakose, agrémentée de clavecin), c'est davantage une impression de douceur qui se dégage de l'ensemble. La guitare se débranche, le piano prend plus de place, le violon s'inspire moins des reels traditionnels pour épouser des ambiances riches et aériennes.
Si Mes Aïeux présente ici un visage plus grave, on ne peut nier que la formation a su se renouveler de belle façon. En magasin lundi.