Actuellement, 22 % des établissements membres de l'Association québécoise des arénas et des installations récréatives et sportives offrent plus que la traditionnelle malbouffe à se mettre sous la dent. Malgré tout, il reste bien des gestionnaires de casse-croûte à convaincre.

Menus santé dans les arénas: des plats qui marquent des points

Des smoothies énergisants, des wraps de toutes sortes, des soupes réconfortantes : le programme La santé au menu marque des points dans les arénas. Les promoteurs de l'approche qui a pour but d'offrir des choix santé aux jeunes misent maintenant sur l'effet d'entraînement et s'attaquent à une nouvelle cible : les restaurants familiaux.
La santé au menu (http://www.lasanteaumenu.com), un programme financé par Québec en forme et bénéficiant de l'apport de l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec pour la conception de recettes simples et attirantes pour les jeunes, dressait lundi le bilan de son implantation dans les centres sportifs. En l'espace de quelques semaines, 43 % des 200 arénas qui ont été rencontrés ont accepté d'adhérer à l'approche clé en main, qui fournit à la fois les recettes et le matériel promotionnel.
Malgré tout, il reste bien des gestionnaires de casse-croûte à convaincre. Outre ceux qui ont été rencontrés et qui n'ont pas encore décidé d'élargir le traditionnel menu hot-dog-poutine, il en reste un bon nombre qui n'ont pas répondu à l'invitation adressée à tous les membres de l'Association québécoise des arénas et des installations récréatives et sportives qui compte 328 membres.
Au total, ce sont maintenant 22 % d'entre eux qui relèvent le défi, mais l'expérience démontre que lorsque le projet peut leur être présenté, plusieurs sceptiques se laissent convaincre. C'est le cas d'Hervé Lapointe, qui gère 25 cuisines d'aréna dans la Chaudière-Appalaches et la Capitale-Nationale, dont huit à Québec. Lors d'un entretien récent avec Le Soleil, il disait craindre les pertes engendrées par les menus santé. Mais après avoir rencontré les responsables du programme, il a décidé d'introduire et faire la promotion de quelques recettes dans ses casse-croûte, indique la porte-parole Isabelle Saillant.
L'organisation espère maintenant que la publicité autour du projet aura un effet d'entraînement sur les autres, dit-elle.
Maintenant que le secteur des arénas est bien amorcé, La santé au menu aborde celui des restaurants familiaux. Un premier projet pilote débute dans quatre restaurants non affiliés à des chaînes à Trois-Rivières, Sherbrooke, Rouyn-Noranda et Montréal.
Comme ce fut le cas dans les arénas, cette étape permet de tester des recettes et le matériel promotionnel, par exemple des napperons.
«L'objectif demeure le même que dans les arénas : une approche d'accompagnement facile pour les restaurateurs et qui leur permet de s'ajuster à une demande de plus en plus grande pour des produits possédant une meilleure valeur nutritive, sans pour autant dénaturer l'identité culinaire de ces restaurateurs», souligne le communiqué publié lundi.