Le maire de Montréal, Denis Coderre

«Méchante fausse balle» de Coderre avec les JO, lance Labeaume

Premier accroc dans l'amitié légendaire entre Régis Labeaume et Denis Coderre. Le maire de Québec n'a pas mâché ses mots mardi pour dire combien il a trouvé «cheap» les propos de Denis Coderre sur les Olympiques. «Méchante fausse balle», a lancé M. Labeaume à propos de son homologue de Montréal qui a dit avoir été courtisé pour organiser les Jeux, mais qu'il a passé son tour, préférant miser sur le retour des Expos.
«J'ai dit à Denis que je trouvais ça cheap, que je n'appréciais pas», a lancé M. Labeaume en point de presse mardi. Le maire de Québec aurait visiblement aimé plus de considération pour la réflexion qu'il mène actuellement autour d'une potentielle candidature aux Jeux d'hiver de 2026. «Quand Montréal a des projets, je tente de les appuyer. Quand il parle de baseball, je dis à tout le monde que le gouvernement devrait investir dans un stade», a poursuivi M. Labeaume piqué au vif par les propos de M. Coderre. «Je lui ai dit que c'est le genre de propos qui peuvent briser une relation.»
«Quand on veut être solidaires, tu ne vas pas dire des affaires de même. Genre : "J'aurais pu les avoir pis Québec, tsé"», a lancé M. Labeaume qui a perçu un caractère hautain à la déclaration de M. Coderre.
Plus tôt dans la journée, le maire de Montréal avait déclaré avoir été approché pour organiser les Jeux olympiques avec une ville américaine. Le maire de Lake Placid, «la gang de Burlington» et «les gens de Bloomberg» l'ont courtisé, a relaté M. Coderre en point de presse.
Il réagissait à un article de La Presse qui, lundi, révélait que le Comité olympique américain fermait pourtant la porte à une possible candidature commune Québec-Lake Placid pour 2026.
«Ils sont tous venus me voir pour me dire que ce serait intéressant d'avoir notre expertise. Mais je suis dans un autre domaine», a déclaré M. Coderre dans un texte mis en ligne sur le site de La Presse en fin d'avant-midi mardi. «Comme vous le savez, il y a la question du baseball éventuellement... Et je privilégie avoir des événements internationaux, mais pas nécessairement les Olympiques. Ça coûte cher.»
Cette allusion aux coûts des JO semble avoir particulièrement irrité M. Labeaume. «J'ai demandé à Denis de faire attention parce que ça se pourrait que nous aussi on commence à trouver qu'il y a des affaires à Montréal qui coûtent cher.»
Montréal 1976, «un désastre»
Le maire de Québec a aussi lancé une flèche à la métropole en général. «Ce n'est pas parce qu'il y a eu un désastre dans les Olympiques de Montréal que ça peut être un désastre partout. Peut-être qu'ailleurs, on est capables de faire mieux. Comme à Québec, par exemple.»
M. Labeaume a aussi formulé la menace à peine voilée d'arrêter de soutenir le projet de réfection du Stade olympique pour le retour du baseball des ligues majeures. «Ça coûte 300 millions, mettre le stade à niveau? On va réfléchir si c'est bon ça, de dépenser 300 millions $ pour mettre le stade à niveau...»